Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : le secteur de l’énergie renouvelable régénère 307 000 emplois sur le continent, soit 2,41 % du total au niveau mondial

Avatar of La Rédaction

Published

on

Afrique : le secteur de l’énergie renouvelable régénère 307 000 emplois sur le continent, soit 2,41 % du total au niveau mondial

Le continent africain régénère 307 000 emplois dans le secteur de l’énergie renouvelable soit 12,7 % sur un total de 12,7 millions à travers le monde. C’est ce qu’indique le rapport « Renewable Energy and Jobs » publié par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

Selon IRENA, ce faible taux est justifié par le niveau de développement encore assez bas du secteur de l’énergie renouvelable en Afrique.

« Les capacités installées sur le continent ne représenteraient qu’environ 1 % des capacités solaires photovoltaïques et éoliennes mondiales, malgré le potentiel éolien et solaire du continent, le faible niveau de financement alloué à son secteur énergétique empêche le développement optimal de ce dernier et les emplois qu’il pourrait générer », indique le rapport.

Le même document suggère ce qui suit : « l’adoption par l’Afrique d’une transition énergétique plus ambitieuse qui favorise l’accès à l’électricité renouvelable centralisée et décentralisée permettrait de créer des emplois directs et indirects dans l’agriculture, les services de santé, le commerce et d’autres utilisations productives. Mais si le continent veut vraiment faire de l’énergie renouvelable un levier pour la création d’emplois, il doit surtout miser sur la partie manufacture. En Chine, par exemple, sur les 2,7 millions d’emplois que génère le secteur du solaire, 59 % sont reliés à la manufacture. »

En guise de recommandation, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) propose aux pays africains « de miser sur la fabrication des panneaux solaires, des éoliennes, entre autres dispositifs au-delà de l’activité de distribution, qui plus souvent est assurée par des entreprises étrangères ».

Agnès KAYEMBE

Advertisement

Edito