Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : les envois de fonds de la diaspora atteignent 97 milliards USD en 2022 (rapport)

Avatar of La Rédaction

Published

on

Afrique : les envois de fonds de la diaspora atteignent 97 milliards USD en 2022 (rapport)

Les fonds envoyés par des migrants africains ont atteint 97 milliards de dollars américains contre 84 milliards USD en 2020, partis de 67 milliards USD en 2016 pour atteindre 86 milliards USD en 2019, selon une étude menée par la plateforme Ecofin pro.

L’étude intitulée « La gestion anarchique des envois de fonds des diaspora » renseigne que le volume de ces fonds des migrants africains qui dépassent ceux de l’aide publique au développement et même des IDE, ne contribuent que marginalement au financement du développement et à la création de richesse sur le continent.

D’après les données de l’OCDE, les flux nets de l’APD bilatérale vers l’Afrique ont atteint 35 milliards USD en 2021, représentant à peine le tiers des fonds reçus par les familles des travailleurs migrants au cours de la même année.

Selon les experts, les remises migratoires représentent d’ailleurs des parts importantes du Produit intérieur brut (PIB) de plusieurs pays du continent : 28,9% en Gambie, 23% au Lesotho, 21,1% aux Comores, 14,1% au Cap-Vert et 10,4% en Guinée-Bissau.

À en croire le rapport, l’Egypte est depuis 2017 le premier pays récipiendaire des transferts de la diaspora en Afrique.

En 2022, ce pays d’Afrique du Nord a reçu 28,3 milliards USD de sa diaspora, soit 29% de l’ensemble des remises migratoires enregistrées sur le continent.

L’Egypte est suivie par le Nigeria qui a reçu 20,1 milliards USD, soit près de 21% du total des envois de fonds de la diaspora africaine.

Viennent ensuite le Maroc (11 milliards USD), le Ghana (4,6 milliards USD) et le Kenya (4 milliards USD).

Le rapport souligne par ailleurs que les transferts des migrants vers l’Afrique sont sous-évalués, en raison de la faiblesse des données disponibles et de l’utilisation de canaux informels pour les envois d’argent comme les transferts en numéraire.

Une étude de la BAD portant sur quatre (4) pays d’Afrique subsaharienne montre que les volumes des transferts de fonds informels varient entre 25 et 80%, à cause des coûts élevés des canaux formels.

Les expéditeurs ont dû payer une moyenne de 8% pour envoyer 200 USD vers les pays africains au cours du quatrième trimestre 2022, contre 7,8% au quatrième trimestre 2021. Ces coûts peuvent cependant aller jusqu’à 35% dans certains corridors.

Olivier KAFORO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV