Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : plus de 22 millions de personnes ont perdu leur emploi en 2021 à cause de la pandémie de Covid-19

Avatar of La Rédaction

Published

on

Afrique : plus de 22 millions de personnes ont perdu leur emploi en 2021 à cause de la pandémie de Covid-19

Plus de 22 millions de personnes ont perdu leur emploi au cours de l’année 2021 à cause de la pandémie de Covid-19 qui a frappé de plein fouet le continent africain.

C’est ce qu’affirme la Banque africaine de développement (BAD) dans les « Perspectives économiques en Afrique », sa publication phare parue le 24 mai 2022.

A en croire cette institution financière, près de 30 millions de personnes ont été plongées dans l’extrême pauvreté en 2021 sur le continent. Et cette tendance devrait se poursuivre tout au long de cette seconde moitié de 2022 et jusqu’en 2023.

Les perturbations économiques résultant de la guerre russo-ukrainienne pourraient plonger 1,8 million de personnes supplémentaires sur le continent africain dans l’extrême pauvreté en 2022. Ce nombre pourrait gonfler avec 2,1 millions supplémentaires en 2023.

S’agissant de la croissance économique en Afrique, celle-ci pourrait ralentir à 4,1 % en 2022 et rester « gelée » à ce niveau en 2023, annonce la Banque africaine de développement (BAD) dans les « Perspectives économiques en Afrique ».

En cause, la persistance de la pandémie de Covid-19 et des pressions inflationnistes causées par la guerre entre la Russie et l’Ukraine en Europe.

Le produit intérieur brut de l’Afrique s’est fortement redressé l’année dernière, mais les effets persistants de la pandémie de Covid-19, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la guerre qui a suivi pourraient poser des défis considérables à moyen terme.

Selon la Banque africaine de développement, le produit intérieur brut de l’Afrique a augmenté d’environ 6,9 % en 2021. C’est après que le continent a subi une contraction induite par la pandémie de 1,6 % en 2020, indique-t-on dans cette publication phare de la BAD.

La hausse des prix du pétrole et la demande mondiale ont généralement contribué à améliorer les fondamentaux macroéconomiques de l’Afrique, selon le rapport.

Mais la croissance pourrait décélérer à 4,1 % en 2022, et y rester bloquée en 2023, en raison de la persistance de la pandémie et des pressions inflationnistes causées par la guerre russo-ukrainienne. Les deux pays sont les principaux fournisseurs de céréales de l’Afrique.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV