Quantcast
Connect with us

a la une

Didier Budimbu : « Il est inacceptable que la différence de prix des produits pétroliers soit aussi énorme dans le Grand Équateur et le Grand Kasaï par rapport à Kinshasa »

Avatar of La Rédaction

Published

on

Didier Budimbu Il est inacceptable que la différence de prix des produits pétroliers soit aussi énorme dans le Grand Équateur et le Grand Kasaï par rapport à Kinshasa

Le Ministre des Hydrocarbures de la République Démocratique du Congo (RDC), Didier Budimbu, a ouvert, ce lundi 10 octobre 2022, à Kinshasa, les travaux de la table ronde sur l’approvisionnement des produits pétroliers dans l’espace Grand Equateur et le Grand Kasaï.

D’après le Ministre Didier Budimbu, ces travaux sont motivés par l’impératif de trouver une solution aux problèmes d’approvisionnement en produits pétroliers dans les différents provinces du pays.

Cette réunion est une occasion offerte aux Gouverneurs des provinces concernées pour présenter la situation sur l’approvisionnement des produits pétroliers.

« Nous nous réunissons ici pour résoudre un problème majeur qui touche à l’économie de la République Démocratique du Congo (RDC). Si le coût des produits pétroliers est excessif, les produits alimentaires ne pourront pas quitter l’intérieur du pays vers les centres urbains. Il est inadmissible que, lorsqu’on a une même structure au niveau Ouest, que le prix du carburant soit différent dans d’autres villes, notamment la ville de Kananga, Mbuji-Mayi, Mbandaka et Buende. Dans le programme du Gouvernement, il est prévu que le ministère des Hydrocarbures prenne ses responsabilités pour que la distribution de tous les produits pétroliers se fasse de manière équitable sur l’ensemble du territoire national, notamment le Grand Équateur et le Grand Kasaï. », a déclaré Didier Budimbu dans son mot d’ouverture.

Le Ministre Budimbu a indiqué que si toutes les parties concernées mettaient la main dans la pâte, cette question sur l’approvisionnement en produits pétroliers sera réglée sans trop de difficultés.

« Si chacun de nous (les sociétés pétrolières, autorités politiques, sociétés de transport), met la main dans la pâte, nous pouvons régler cette question d’approvisionnement des produits pétroliers en RDC. J’ai voulu qu’on se réunisse ici pendant deux jours pour qu’au sortir d’ici, qu’on trouve des solutions palliatives à cette situation qui dérange plusieurs provinces du pays. Je vous invite à travailler pendant ces deux jours pour qu’au sortir d’ici que nous ayons une feuille de route que je vais présenter au Gouvernement. », a-t-il conclu.

Devant les professionnels de la plume, le Gouverneur de province de la Tshuapa (Grand Equateur), Pancrace Boongo, a indiqué que sa province ne compte aucune station service alors que celle-ci est la troisième plus grande province du pays.

« Pour le Grand Équateur, l’approvisionnement s’arrête au niveau de Mbandaka. Nous avons la Mongala, le Nord et le Sud-Ubangi et la Tshuapa qui ne sont pas approvisionnées. Il faut que le ministère des Hydrocarbures trouve des solutions pour installer les stations services dans ces provinces. Nous sommes approvisionnés par des jeunes qui viennent du Congo Brazzaville, avec une très mauvaise qualité de produits qui endommage les véhicules. Nous estimons qu’il est temps que le Gouvernement, à travers le ministère des Hydrocarbures, prenne des dispositions nécessaires pour approvisionner nos provinces sinon ça sera vu comme une injustice », a-t-il dit.

Le Directeur général adjoint de Cobil, Olivier Okunda, a indiqué que son entreprise est prête à se déployer en provinces pour faire face à la cette situation de pénurie des produits pétroliers qui occasionne très souvent la hausse de prix des produits de première nécessité.

« Nous sommes devenus Cobil en 2003. Nous avions, à l’époque suffisamment des stations services et d’installations à l’intérieur. Si vous allez dans le Grand Kasaï, nous avons un grand dépôt « Beladibele » de plus de 450 mètres cube qui est aujourd’hui presque à l’abandon. Après les années 90 marquées par les pillages et l’entrée de l’AFDL, l’économie du pays était presque par terre. Beaucoup de sociétés n’avaient plus investi à l’intérieur. Mais aujourd’hui, nous sommes capables de réhabiliter nos installations enfin que dans ces coins les produits arrivent », a dit le Directeur général adjoint de la société Cobil, Olivier Okunda.

Il sied de souligner que pendant ces deux jours des travaux, les parties prenantes vont réfléchir sur les mécanismes à mettre en place pour approvisionner les provinces situées dans le Grand Équateur et le Grand Kasaï.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV