Quantcast
Connect with us

a la une

Ève Bazaiba : « Nous attendons du G20 qu’il puisse respecter ses engagements visant à contribuer en raison de 100 milliards USD par an »

Avatar of La Rédaction

Published

on

CURRICULUM VITAE DE MADAME LE VICE PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE LENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE EVE BAZAIBA MASUDI

Pendant que les organisations internationales de lutte contre le changement climatique dont Greenpeace Afrique accentuent leur campagne pour faire fléchir le Gouvernement congolais sur son projet de mise aux enchères de son potentiel en hydrocarbures, le Gouvernement congolais rappelle aux pays du G20, les pays riches et grands pollueurs, leurs engagements pris lors du Forum de gouvernance mondiale sur le climat tenu en Italie les 30 et 31 octobre 2021.

Au cours d’un briefing organisé le 30 juillet 2022 à Kinshasa, la Vice-Première Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable de la République Démocratique du Congo, Eve Bazaïba, a estimé qu’il était temps que les pays du G20 veillent à respecter leurs engagements à mobiliser 100 milliards USD au profit des pays en développement pour permettre à ces derniers de faire face au changement climatique.

« Près d’un an après, rien n’a été fait », a relevé Eve Bazaïba.

D’après la patronne congolaise de l’Environnement, « l’attitude du G20 constitue un manque de respect face aux pays moins pollueurs dont la biodiversité jugule la pollution mondiale ».

« Nous attendons du G20 qu’il puisse respecter ses engagements. Ils avaient pris l’engagement de contribuer en raison de 100 milliards USD chaque année. Aucun pays n’a respecté son engagement. Les pays pollueurs doivent non seulement payer pour la pollution mais ils doivent arrêter d’utiliser des procédés polluants. Il ne faut pas qu’ils continuent de compter sur les forêts du Congo comme si nous n’avons pas droit d’utiliser nos forêts, comme s’ils sont les seuls à avoir le droit de polluer le monde et de bénéficier de nos forêts. », a déclaré Eve Bazaïba.

Dans son intervention, Ève Bazaïba a également plaidé pour le respect du paiement du fonds de compensation carbone par les pays du G20.

« Nos forêts servent l’humanité sans condition. Mais s’il faut accéder aux fonds de compensation, on nous amène dans des formules de longues procédures. La facilitation de la finance climat est une question très brûlante. C’est un problème de responsabilité. Le G20 est producteur de plus de 80% de pollution. Et les bassins du Congo et de l’Amazonie jugulent cette pollution. Mais lorsqu’il s’agit de payer le gigatonne de O carbone, les pays africains sont mal payés. », a-t-elle martelé.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito