Connect with us

a la une

FMI-Congo : conclusion d’un accord ouvrant la voie au programme d’aide en faveur de Brazzaville

Published

on

FMI-Congo : conclusion d’un accord ouvrant la voie au programme d’aide en faveur de Brazzaville 1

Le Fonds monétaire international (FMI) et la République du Congo sont finalement parvenus à un accord, ad référendum, sur un programme qui pourrait être soutenu par un arrangement financier au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Ledit accord devrait être présenté au Conseil d’administration du fonds pour examen et décision. Un véritable ouf de soulagement pour Brazzaville.

En effet, une mission du FMI, dirigée par Alex Segura-Ubiergo, a séjourné à Brazzaville du 1er au 8 mai pour achever les discussions y relatives. Elle a rendu son rapport préliminaire ce jeudi 9 mai 2019.

Vers un appui du FMI

D’après le communiqué officiel, le programme soutenu par la FEC vise à aider la République du Congo à rétablir la stabilité macroéconomique et à réaliser une croissance plus élevée et plus inclusive.

« Le programme a pour objectif de rétablir la viabilité de la dette, d’améliorer la gouvernance, réduire la corruption, protéger les groupes vulnérables et accroître la transparence et l’efficacité de la gestion des ressources publiques, en particulier dans le secteur pétrolier », précise la mission.

Bien plus, l’approbation d’un nouveau programme soutenu par le FMI en faveur de ce pays dirigé par Denis Sassou N’Gouesso contribuera aussi à la stratégie régionale de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

A l’équipe de missionnaires de prévenir : « à son retour au siège, et après la mise en œuvre par les autorités des mesures convenues pendant la mission, l’équipe du FMI soumettra un rapport soutenant la demande de la République du Congo pour un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit, et qui sera soumis à l’appréciation du conseil d’administration du FMI. »

FMI-Congo : conclusion d’un accord ouvrant la voie au programme d’aide en faveur de Brazzaville 2

Vue d’un entretien entre le président Sassou et les experts du FMI à Brazzaville.

Clichés économiques du Congo

D’après M. Segura-Ubiergo, l’activité économique au Congo est restée modérée en 2018. Si la croissance globale a été inférieure à 1 %, une reprise économique est attendue et la croissance pourrait dépasser 5 % en 2019. Celle-ci sera portée par une forte expansion de la production pétrolière et une reprise progressive de la croissance du secteur non pétrolier, tirée par l’agriculture, la sylviculture et le transport. L’inflation demeure faible et le solde des transactions extérieures courantes et le solde budgétaire global ont été largement excédentaires.

Cependant, indique – t – il, les conditions financières demeurent restrictives, et la vulnérabilité du secteur bancaire s’est accrue comme en témoigne l’accroissement des créances en souffrance du secteur bancaire qui ont atteint à 23 % des prêts bruts à fin Décembre 2018, en partie à cause de l’augmentation des arriérés intérieurs, qui ont dépassé 15 % du PIB en 2018.

« Il sera essentiel d’adopter un plan crédible accordant une priorité au remboursement des arriérés sociaux (en particulier les retraites) et au règlement des arriérés intérieurs envers les fournisseurs de l’État. Ceci permettrait de protéger les revenus de base, favoriser la croissance et préserver la stabilité du secteur financier. Il s’agit là d’une des priorités économiques les plus urgentes à court terme », a soutenu le chef de la mission, Segura-Ubiergo.

Congo-Chine : enfin, un accord conclu pour la restructuration de la dette congolaise !

Au demeurant, les missionnaires du FMI soulignent que les autorités congolaises ont fait des avancées majeures dans la mise en œuvre de leur programme de réformes structurelles, notamment avec la préparation et la publication d’un rapport sur la gouvernance et en adoptant récemment trois lois visant à lutter contre la corruption.

Et de préciser : « elles sont résolues à améliorer la gestion et enregistrement comptable des flux des recettes pétrolières. De même, elles transmettront au parlement, au plus tard fin mai 2019 trois rapports distincts sur (i) les contrats de préfinancement conclus par la SNPC, (ii) tous les accords particuliers de financement d’infrastructures financés par des prélèvements en nature issus des recettes pétrolières et (iii) tous les projets mis en œuvre par le ministère des Grands Travaux entre 2014 et 2017. Elles publieront également avant fin mai 2019, les tableaux de réconciliation des flux pétroliers audités par KPMG. »

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: FMI-Congo : conclusion d’un accord ouvrant la voie au programme d’aide en faveur de Brazzaville - Africa Top Media

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement