Quantcast
Connect with us

a la une

Kasaï Central : le prix d’une mesurette de maïs grimpe à 4 000 CDF à Kananga suite à la rareté de la denrée sur le marché

Avatar of La Rédaction

Published

on

Maïs

Le prix d’une mesurette de maïs est en hausse ces derniers jours sur le marché de la ville de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central au centre de la République Démocratique du Congo (RDC).

D’après les sources locales, une mesurette de maïs communément appelée « Meka » qui se vendait précédemment à 2 500 CDF se négocie actuellement à 4 000 CDF, soit une hausse de prix de l’ordre de 1500 CDF.

D’après le Comité d’acheteurs et évacuateurs des produits agricoles (CEPA), cette situation est dûe à la perturbation de la saison culturale à la suite de fortes pluies ayant affecté les productions.

« Nous avons connu une année exceptionnelle cette fois-ci, particulièrement pour le Kasaï Central. Premièrement, lorsqu’il fallait cultiver et semer, il y a eu de fortes pluies qui ont perturbé les travaux champêtres. Donc, les paysans n’ont pas pu s’en sortir. Et aussi, dans notre secteur du maïs, il y a deux saisons. C’est le maïs de la première saison qui inonde le marché. », a expliqué le Secrétaire de CEPA, Elvis Kabuya.

Il a indiqué par ailleurs que la production de la saison passée a été évacuée à près de 80% vers Kinshasa à partir de Mweka suite à la demande sur le marché kinois.

« Il y a eu le maïs de la première saison. Mais, il a été évacué vers Kinshasa, quand nos amis ont appris qu’il y a hausse de prix à Kinshasa. Ils ont décidé d’aller vendre à un bon prix et retourner pour acheter le maïs de la 2ème saison qu’ils devraient ramener à Kananga. Or, on ne savait pas que l’on pouvait avoir une situation différente sur terrain. C’est ainsi que 80 % du maïs ont été évacués à Kinshasa et le reste à Kananga. Vous connaissez vous-même la loi de l’offre et de la demande. », a relevé Elvis Kabuya.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito