Connect with us

a la une

Kinshasa : contrôle technique, deux mois de sursis accordés aux automobilistes

Published

on

Les Kinois peuvent sortir ce matin en toute quiétude. Le recouvrement forcé du certificat de contrôle technique annoncé le mardi dernier pour aujourd’hui lundi 15 avril, n’aura plus lieu. Et pour cause, un sursis de deux mois a été accordé aux automobilistes. L’annonce a été faite hier dimanche 14 avril, par Top Congo FM, qui cite le Gouverneur de la ville.

Cependant, aucune précision de date n’a été donnée quant au début de cette opération. Toutefois, on croit savoir que le moratoire accordé aux propriétaires de véhicules à Kinshasa, court jusqu’au mois de juin prochain. Le temps pour ces derniers de réunir les moyens financiers nécessaires, et ne plus trouver des excuses à l’expiration du sursis.

Aussitôt annoncée, cette décision des autorités de la Division urbaine des transports a été très favorablement accueillie, aussi bien par les automobilistes que par la population. Car, cette dernière, principale bénéficiaire du service des transporteurs en commun, craignait déjà l’ombre d’une ville fantôme aujourd’hui sur la capitale.

D’aucuns pensent, non sans raison, que le moratoire de deux mois accordé aux automobilistes a le mérite de désamorcer une véritable grogne sociale tant redoutée ce matin dans la capitale.

Déjà, samedi et hier dimanche, la plupart des transporteurs en commun se sont passé le mot. Particulièrement les chauffeurs de taxi et taxi bus. En tout cas, nombreux ont résolu de ne pas travailler aujourd’hui lundi, au cas où les dirigeants de la ville maintenaient leur décision de contrôle technique annoncée depuis le mardi 9 avril. Car, de nombreux conducteurs n’étant pas en règle, ont déclaré ne pas courir de gros risques de tomber dans les griffes des agents de la Division urbaine de transport commis à l’exécution de cette opération.

Selon des sources, le montant à payer pour l’acquisition du certificat de contrôle technique s’élève à 35 USD pour les voitures et 65 USD pour les taxis-bus. En même temps, il est exigé aux automobilistes de Kinshasa de payer la vignette pour l’année fiscale en cours. La valeur de la transaction se chiffre à 65 USD pour les voitures et 70 USD pour les taxis-bus.

Aux yeux des conducteurs kinois, ces montants paraissent énormes. D’où, le retard connu par la plupart des chauffeurs pour s’acquitter de leur obligation.

FA/ZE

Sur le même sujet :

Kinshasa : contrôle technique, source de tracasseries ou sécurité des engins roulants?

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :