Quantcast
Connect with us

a la une

Kinshasa : la pétition contre Godé Mpoyi rejetée par la majorité écrasante d’élus provinciaux

Published

on

La pétition initiée contre le président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa vient d’être rejetée, ce lundi 5 avril 2021, par une majorité écrasante d’élus provinciaux. Sur 36 votants, 33 ont opté pour le rejet de cette initiative parlementaire. Conséquence : Godé Mpoyi Kadima reste au perchoir de cet organe délibérant. 

A travers cette pétition, il lui a été reproché notamment la faible production législative depuis 2020 alors que plusieurs propositions et projets d’édits remplissent les tiroirs de son bureau ; l’inefficacité de l’Assemblée provinciale vis-à-vis de l’Exécutif provincial de Kinshasa qui s’observe à travers notamment le blocage de certaines questions adressées aux membres de celui-ci, la mauvaise prise en charge des élus provinciaux.

Par cet acte, les députés provinciaux ont visiblement balayé d’un revers de la main ces reproches au regard des réalités qui sont toutes aussi évidentes. 

Si l’année 2020 a été perturbée par l’arrivée en RDC de la pandémie à Covid-19, les deux sessions parlementaires de l’Assemblée provinciale de Kinshasa en ont payé les frais. Ce qui a impacté le rendement de la production législative.

L’autre problème des difficultés de fonctionnement et de salaires reste, d’après certains députés, un problème structurel auquel toutes les Assemblées provinciales sont confrontées.  

A la décharge de celle de Kinshasa, des mécanismes de gestion stratégique ont été définis pour permettre au bureau d’avoir des moyens essentiels afin de soulager les difficultés financières des élus. 

C’est dans ce cadre qu’un crédit d’environ 2,9 millions USD avait été contracté régulièrement auprès d’une banque de la place afin de financer l’achat des véhicules pour la mobilité des parlementaires, la construction d’un bâtiment annexe à l’Assemblée provinciale et la régularité des émoluments. Et ce crédit est payé par l’Exécutif provincial qui en supporte les intérêts de retard. 

Bien avant ce vote, les députés pétitionnaires sont sortis de la salle d’autant plus qu’ils exigaient la mise en place du bureau d’âge pour conduire la plénière. Une procédure qui devrait être enclenchée par le secrétaire général de l’Assemblée provinciale.

Présentant ses moyens de défense, Gode Mpoyi a indiqué que cette action parlementaire avait une motivation « alimentaire ». 

Une pratique condamnée en novembre 2019 par le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, lors d’un Conseil des ministres. Il avait de ce fait préconisé deux mesures urgentes pour mettre fin à ces pétitions et motions visant les règlements de comptes aux animateurs des institutions provinciales. Primo, un séminaire de recadrage. Secundo, le paiement régulier de la rétrocession aux provinces. 

Mitterand MASAMUNA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito