Quantcast
Connect with us

a la une

Kinshasa : la SNEL et l’ARE s’investissent pour des solutions aux délestage intempestifs

Avatar of Kiala Curnis

Published

on

C0587DF8 66E7 4E4B B083 D08C1511F02D

La Société nationale d’électricité (SNEL) et l’Autorité de régulation de l’électricité en RDC (ARE) sont déterminés à s’investir dans la recherche des solutions aux problèmes de délestages que connaît depuis quelques temps les abonnés Snel à travers Kinshasa. Dans cette optique, le directeur général de la Snel, Fabrice Lusinde et la directrice générale de l’ARE, Sandrine Mubenga Ngalula, ont échangé le vendredi 17 mai 2024 autour de la question.

Docteur Sandrine Mubenga, en sa qualité de patronne de l’instance de régulation du secteur national de l’électricité, était reçue à la Direction générale de la SNEL par son collègue Directeur général, Fabrice Lusinde, pour une importante séance de travail. Les deux personnalités étant entourées chacune de ses collaborateurs.

C6C9FFA3 4543 418F AD81 EE926B8F9BC1

Le déplacement était motivé par le souci de connaître les causes qui sont à la base des délestages que connait la ville de Kinshasa ; les différents plans mis en place pour communiquer ces délestages ; et les solutions à court, moyen et long terme pour les éviter.

« Je pense qu’après cette réunion très intéressante que nous avons eue aujourd’hui avec la SNEL, la situation est rentrée à la normale. Les groupes au niveau d’Inga ont été réparés. Cette nouvelle est rassurante et nous sommes en train de voir avec la SNEL comment les accompagner pour mieux stabiliser le réseau de Kinshasa », a déclaré Sandrine Mubenga, au sortir de l’audience.

Pour sa part, Fabrice Lusinde a affirmé que la SNEL va désormais être en mesure de façon continue, d’améliorer district par district, la stabilité et la desserte, le service à la clientèle, de sorte qu’il y ait un changement perceptible. Pour ce faire, la Snel a besoin de l’accompagnement de l’ARE qui va faire la jonction et faire le monitoring afin d’établir si les doléances iront en diminuant et que la SNEL sera en mesure de répondre de la meilleure façon possible aux besoins de sa clientèle.

« Nous rassurons nos abonnés et la population en général que la configuration d’avant les travaux est remise en route. Nous rassurons aussi qu’il existe, et sera mis en œuvre dans les prochaines semaines, des plans de stabilisation et d’amélioration de la desserte pour les cinq districts SNEL de Kinshasa », a-t-il indiqué.

Le directeur général de la Snel a précisé qu’ils ont reçu toute une série de matériel pour réapprovisionner les stocks et être en mesure d’intervenir le plus vite possible sur le réseau.

S’agissant des plans de délestage, a poursuivi le DG de la SNEL, la société a apporté la réponse selon laquelle ils sont affichés sur les cabines et dans les CVS, mais grâce à Madame la Directrice de l’ARE, la Snel va aussi pouvoir les publier sur le site web notamment du régulateur.

« Nous avons également annoncé que nous allons faire un protocole notamment avec l’Agence congolaise de presse (ACP) et qu’à partir de leurs canaux d’information on peut atteindre plus encore de clients et on va aussi innover avec la création d’un compte SNEL sur X (Twitter) à travers l’ACP », a-t-il ajouté.

Le DG de la SNEL a aussi évoqué la digitalisation, qui nécessite l’installation des compteurs communicants chez la majorité des clients le plus tôt possible.

Reconnaissant qu’il y a beaucoup d’enjeux et des difficultés, particulièrement des difficultés empêchant la SNEL d’être en mesure d’anticiper, le DG de la SNEL a fait savoir que son hôte leur a apporté sa confiance et l’accompagnement qu’elle doit continuer de faire auprès de l’opérateur SNEL, notamment dans la régularisation de ses concessions et ses titres.

Des efforts inlassables de stabilisation

A en croire le DG de la SNEL, il y a cinq plans de stabilisation et d’amélioration de la desserte. D’après lui, la quantité d’électricité qu’on livre à Kinshasa actuellement varie entre 450 et 620 Mw dépendamment du nombre de machines disponibles au parc ouest. « On est conscient que ce n’est pas assez d’énergie pour la population de Kinshasa, mais ce qu’on aimerait c’est arriver à garantir mois après mois un minimum de quantité livrée à Kinshasa. Ça va se faire parce qu’il y a actuellement une machine en réhabilitation à Inga II qui va permettre d’avoir finalement 7 machines sur 8, la 8ème machine devant venir plus tard », a-t-il expliqué avant d’annoncer qu’il y a un programme d’investissement qui va permettre d’ajouter des transformateurs dans les postes.

Paraphrasant son collègue, Madame le DG Sandrine Mubenga a attesté que la SNEL est réellement en train de faire des efforts nécessaires comme le Directeur général l’a expliqué, pour améliorer la desserte en électricité, dans la ville de Kinshasa, pour diminuer le nombre de délestages.

Toutefois, elle a rappelé à la population d’éviter les raccordements frauduleux. « Et donc, en tant que régulateur, nous avons porté la doléance des consommateurs auprès de la SNEL, mais nous demandons aussi aux consommateurs de ne pas faire des raccordements frauduleux et de ne pas abimer les compteurs électriques que la SNEL place dans des foyers », a-t-elle conseillé.

Contrôle et suivi des projets

Les deux chefs d’entreprises ont aussi parlé du contrôle et suivi des projets. D’où, ils ont promis de mettre sur pied une commission ARE-SNEL pour pouvoir faire le contrôle et le suivi de plusieurs projets qui sont à Kinshasa et dans l’arrière-pays.

La longue séance de travail qui a commencé par les remerciements du Directeur Général Fabrice Lusinde à l’endroit de son collègue Directeur Général de l’ARE pour le fait d’être venue s’enquérir des difficultés et faire part des doléances des clients de Kinshasa en particulier, s’est clôturée par les remerciements du Professeur Sandrine Mubenga.

Olivier KAFORO

Advertisement

Edito

ZoomEco TV