Quantcast
Connect with us

a la une

Kinshasa : L’opératrice de Change Manuel « Mère Double » en détention au casier judiciaire !

Published

on

Kinshasa : L'opératrice de Change Manuel « Mère Double » en détention au casier judiciaire !

La célèbre opératrice de change manuel de Kinshasa communément appelée « Mère Double » ferait l’objet d’une interpellation à la Police Judiciaire des Parquets où elle est détenue depuis vendredi 18 Août 2017. Selon une source digne de foi, les faits qui lui sont reprochés ne seraient pas étrangers à l’application du taux de change sur le marché de change.

A la veille de la première réunion de la Confédération des Cambistes (COCAM) au sujet de la dépréciation du franc congolais tenue le 25 Juillet 2017, Mère Double avait été convoquée par l’Autorité monétaire. Selon son représentant à cette réunion, les cambistes congolais ont été reprochés d’entretenir la spéculation et favoriseraient le déploiement des réseaux obscurs d’approvisionnement en francs congolais sur le marché local ayant pour conséquence : la dépréciation monétaire.

Si les cambistes ont refusé d’être les boucs émissaires de la chute de la monnaie nationale, ils ont pu faire un mémorandum assorti des propositions qu’ils ont adressé à la Banque Centrale.

Cependant, les vrais mobiles de l’interpellation et de la détention actuelle de Mère Double à la Police Judiciaire des Parquets ne sont pas connus.

Cette situation suscite l’indignation dans le milieu de changeurs manuels qui sont, par ailleurs, engagés dans un processus participatif avec la BCC pour un meilleur encadrement de leur activité en RDC.

A RE(LIRE) : Le cambisme ne peut se pratiquer que dans un bureau de change [Document Exclusif]

Toutefois, afin de tenir leur promesse de se prononcer à propos de l’instruction N° 007 de la Banque Centrale, apprend- t – on, les cambistes auront une réunion ce Dimanche à partir de 13 heures locales. Il n’est pas exclu que la situation de Mère Double soit examiné.

Entre-temps, confirme notre source, cette dame vient de passer sa 2ème nuit au cachot de la Police Judiciaire des Parquet à Kinshasa. Toutes nos tentatives de joindre les responsables de la Police n’ont jusque-là abouties. Nous y reviendrons.

Zoom Eco

Advertisement

Edito