Connect with us

a la une

Monde : des ministres des Finances coalisent pour intensifier l’action climatique !

Published

on

Des ministres des Finances d’au moins vingt pays ont lancé, ce samedi 13 avril 2019 à Washington DC, une nouvelle coalition visant à intensifier l’action de la communauté internationale contre le changement climatique et ses effets. Le lancement est intervenue à l’occasion des Réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

La nouvelle entité, nommée « Coalition des ministres des Finances pour l’action climatique », a approuvé six principes de base, dits « Principes d’Helsinki ». Ces derniers visent à promouvoir les interventions climatiques nationales, au moyen notamment des outils de politique budgétaire et de gestion des finances publiques.

« Les ministres des Finances ont un rôle crucial à jouer pour accélérer la transition mondiale vers un modèle de croissance à faible émission de carbone à même de résister au changement climatique », a déclaré Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale.

Cette coalition indique ainsi que les responsables de l’action publique font preuve d’une ambition accrue dans le domaine de la politique budgétaire. La plate-forme permettra aux ministres des Finances de partager leurs meilleures pratiques concernant les avantages de la nouvelle économie climatique en matière d’emploi et de croissance.

Les Principes d’Helsinki — ainsi appelés par ce qu’ils ont été conçus par un groupe d’États représentés à une réunion organisée par la Finlande et le Chili à Helsinki en février — ont pour objectif d’aider les ministres des Finances à échanger leurs expériences et meilleures pratiques dans le domaine de la gestion macroéconomique et budgétaire et de la gestion des finances publiques en faveur d’une croissance à faible intensité de carbone et à l’épreuve des aléas climatiques.

Comme les minitres des Finances, Kristina Georgieva espère que la coalition aide les pays à mobiliser et aligner les financements nécessaires pour mettre en œuvre leurs plans d’action climatique nationaux, à adopter des pratiques optimales telles que la budgétisation et les stratégies climatiques à l’appui d’investissements et de passations de marchés écologiques et à intégrer les risques et faiblesses climatiques dans leur planification économique.

La Banque mondiale servira de secrétariat à la coalition. Elle devra collaborer avec diverses institutions — notamment le Fonds monétaire international, l’Organisation de coopération et de développement économiques, le Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le Programme des Nations Unies pour le développement, d’autres organismes de l’ONU et le NDC Partnership — pour fournir un soutien stratégique et technique aux pouvoirs publics.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :