Quantcast
Connect with us

a la une

Monde: la RDC parmi les 8 pays interdits momentanément d’importer le maïs et le soja du Ghana

Avatar of La Rédaction

Published

on

DC2A45C8 2664 44E1 B439 AF518912DFD2

Le ministère du Commerce et de l’Industrie du Ghana a annoncé, le vendredi 8 avril dernier, la suspension des exportations de maïs et de soja vers huit (8) pays.

Il s’agit en effet de la République Démocratique du Congo mais, les États-Unis (USA), le Niger, l’Italie, le Canada, le Royaume-Uni, le Qatar et la Sierra Leone.

L’objectif visé par cette mesure, a indiqué le ministère ghanéen du Commerce, est celui d’améliorer la disponibilité sur le marché local de ces matières premières subventionnées afin d’assurer une production suffisante d’aliments pour animaux en faveur de l’industrie avicole.

Pour ce faire, la Direction des services de protection et de réglementation phytosanitaires (PPRSD) a déjà indiqué qu’elle ne délivrerait plus de certificats permettant d’exporter les produits suite à la décision du ministère.

Signalons que la mesure adoptée ne fera qu’amplifier les prix de ces matières premières sur les marchés congolais surtout que le pays n’a presque pas de production locale et importe la majeure partie des produits consommés par sa population.

Aussi, cette mesure est un signal fort qui vient mettre la puce à l’oreille du Gouvernement congolais en ce qui concerne le développement du secteur agricole pour un pays comme la RDC regorgeant le potentiel requis avec 80 millions d’hectares de terres arables.

Dans cette optique, la vision du Chef de l’État congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, concernant le secteur agricole consiste notamment à faire la revanche du sol sur le sous sol dans le but de renverser la tendance qui consiste à importer beaucoup et produire moins.

Toutefois, la matérialisation de cette volonté politique impose des investissements conséquents.

En réaction à la mesure adoptée par le Gouvernement d’Accra, le Secrétaire général de l’Union des travailleurs agricoles du Ghana (GAWU), Edward Kareweh, a précisé que cette restriction est une décision à court terme qui peut permettre au pays de disposer des quantités souhaitées de maïs et soja entre mai et juin 2022.

Martine Ngalula/stagiaire

Advertisement

Edito