Quantcast
Connect with us

a la une

Monde : le marché de cacao devrait accuser un déficit de 439.000 tonnes en 2023/2024

Avatar of Kiala Curnis

Published

on

D29A263D 591F 4F48 BDD2 2E2658380C97

Pour la troisième fois consécutive, le marché mondial du cacao devrait accuser un déficit de 439.000 tonnes en 2023/2024, soit une hausse de 18% par rapport aux prévisions initiales de 372.000 tonnes.

C’est ce que projette l’organisation internationale du cacao (ICCO) dans son dernier bulletin trimestriel de statistiques du cacao.

La source renseigne que cette révision à la hausse est liée à des prévisions de récolte plus faibles qu’attendue en Afrique de l’Ouest, principal foyer de l’offre.

La Côte d’Ivoire, le Ghana et le Nigéria sont en effet confrontés à des problèmes climatiques ainsi qu’à des défis structurels liés au vieillissement des vergers et aux maladies comme le swollen shoot qui affectent la productivité.

Le déficit de production du Ghana semble être de nature structurelle en raison d’une combinaison d’événements négatifs : le grand nombre de cacaoyers infectés par la maladie mortelle du virus des pousses gonflées ; l’exploitation minière illégale, qui a réduit le nombre de plantations de cacao ; des arbres vieillissants et des conditions météorologiques défavorables.

En Côte d’Ivoire, le déficit de production semble être un événement isolé à court terme, du moins pour le moment, mais certains rapports récents indiquent que 25 à 30 % des exploitations ivoiriennes sont infectées par la CSSVD.

D’après le document, la production mondiale de la fève devrait chuter de 11,7 % pour atteindre 4,461 millions de tonnes. Parallèlement, les broyages de cacao devraient également afficher un recul de 4,3 % pour s’établir à 4,855 millions de tonnes en 2023/2024.

Plus largement, l’ICCO prévoit que les stocks mondiaux de cacao tomberont à 1,328 million de tonnes, à la fin de la saison 2023/24, soit le plus bas niveau enregistré au cours des 45 dernières années.

La baisse significative de la production des deux principaux producteurs, à savoir la Côte d’Ivoire et le Ghana, a entraîné une hausse des prix sans relâche.

Avec des prix à 7.109 USD début mars 2024, à la fin du mois, le contrat à proximité à Londres a augmenté de 47 % à 10.455 USD la tonne tandis qu’à New-York il a augmenté de 44 % passant de 6.769 USD à 9.729 USD la tonne.

Flory Musiswa/Stagiaire

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV