Quantcast
Connect with us

a la une

Monde : l’inégalité entre les sexes au milieu du travail fait perdre 172.000 milliards USD à l’économie

Avatar of La Rédaction

Published

on

7201D2BE FA10 4462 BA33 7D0070BE4F55

L’économie mondiale suinte un manque à gagner chiffré à 172.000 milliards de dollars à cause de l’inégalité entre les sexes pratiqué au milieu du travail.

Ces indications sont fournies par la Banque mondiale dans son récent rapport publié le 18 janvier 2024.

D’après l’institution de Bretton Woods, l’écart de rémunération contribue à un déséquilibre plus large entre les hommes et les femmes.

Par ailleurs, la Banque mondiale souligne que le changement climatique pourrait plonger 158,3 millions de femmes et de filles supplémentaires dans la pauvreté.

Dans le même ordre d’idée, une étude de l’OIT a révélé qu’environ 16,4 milliards d’heures étaient consacrées aux soins non rémunérés chaque jour dans les 64 pays étudiés. Cela, renchérit l’institution, correspondait à 2 milliards de personnes travaillant une journée complète de huit heures sans rémunération. Et plus des trois quarts (76,2 %) de ce travail est effectué par des femmes.

Dans cette optique, près de 2,4 milliards de femmes en âge de travailler vivent dans des endroits qui ne leur garantissent pas les mêmes droits que leurs collègues masculins.

En 2022, seules 34 réformes juridiques à l’échelle internationale liées au genre ont été enregistrées dans 18 pays, soit le nombre le plus bas depuis 2001, selon un rapport de la Banque mondiale.

Ceci étant, il faudrait encore 1.549 réformes pour atteindre l’égalité juridique dans les domaines mesurés.

Au rythme actuel, il faudrait au moins 50 ans en moyenne pour atteindre cet objectif.

Cependant, pour mettre un terme à ce fléau qui entrave l’émergence des femmes et filles au milieu du travail, le PNUD,
conformément à sa vision centrée sur le développement, appelle les parties prenantes à des réformes économiques plus nombreuses et plus rapides pour sortir les femmes de la pauvreté, parmi lesquelles :

Primo : Développer les systèmes et les services de soins : pour contribuer à accroître la sécurité économique et combler les écarts pour les femmes, en particulier les ménages dirigés par elles, les travailleurs informels, les travailleurs migrants et d’autres personnes qui sont toujours en marge des économies nationales;

Secundo : Générer des données et des preuves pour influencer les politiques pour mieux comprendre la discrimination ancrée dans les économies et les politiques actuelles, ainsi que les préjugés et les normes sociales qui entravent tout progrès.

Il sied d’indiquer qu’en 2022, 16 pays ont étendu leurs systèmes nationaux de soins et leurs services locaux avec le soutien du PNUD.

Flory Musiswa/Stagiaire

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV