Quantcast
Connect with us

a la une

Nord-Kivu : plus de 1 800 enfants touchés par la malnutrition sévère et aiguë pris en charge par l’UNICEF au premier semestre 2022

Avatar of La Rédaction

Published

on

Malnutrition

Le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) a pris en charge, au premier semestre 2022, plus de 1 800 enfants de moins de cinq ans, touchés par la malnutrition sévère et aiguë, au sein des zones de santé de Walikale et Itebero dans la province du Nord-Kivu.

En effet, le Programme national de nutrition (PRONANUT) et la Caritas sont les deux principaux partenaires de l’UNICEF dans ce projet lancé depuis 2021.

Selon le chargé du Projet de résilience PAM-FAO-UNICEF, volet Nutrition à l’UNICEF/Goma, Georges Mukamba, 18 structures de santé ont été appuyées à Walikale et deux autres à Itebero.

L’objectif de la nutrition dans ce projet s’inscrit dans la prévention de la malnutrition à travers la promotion des pratiques familiales essentielles, l’amélioration de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant ainsi que la promotion de la croissance.

« Il arrive parfois que les approvisionnements tardent parce qu’il y a des problèmes des routes. On a aussi certains coins où on a des problèmes d’insécurité. Donc, l’accès n’est pas facile dans ces zones d’intervention. » a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « Pour lutter contre un taux élevé de malnutrition chronique et sévère qui ont été enregistrés dans plusieurs zones de santé dans la province, les agences des Nations-Unies (UNICEF, PAM et FAO) mettent en œuvre un vaste programme de résilience afin de permettre à ces communautés de sortir de cette situation. C’est une des conséquences de la pauvreté et des conflits armés. Dans ce programme conjoint, l’UNICEF s’occupe du volet Nutrition qu’elle met en œuvre en collaboration avec ses partenaires locaux. »

A en croire M. Georges Mukamba, « ce projet, qui est effectif depuis 2021 dans les territoires de Walikale et Itebero, vient de commencer à Nyiragongo et Rwanguba. »

Rappelons que ce projet de nutrition est axé sur la prise en charge des malades, notamment les enfants âgés de 0 à 5 ans qui sont les plus touchés. Il met un accent sur la sensibilisation et la formation des membres des communautés, notamment les femmes, afin de leur apprendre à prévenir la malnutrition dans leurs communautés.

Agnès KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito