Quantcast
Connect with us

a la une

Nouveau code minier: Kibali Mine optimiste sur l’issue de négociations entreprises par les miniers auprès du gouvernement congolais

Published

on

La production d’or a augmenté de 17℅ de trimestre en trimestre et de 2℅ pour 2017 à 596225oz,soit une augmentation de 22℅ par rapport à la production de l’année précédente.

Et nous continuerons à investir et espérons trouver un consensus au sujet du nouveau code minier promulgué récemment par le chef de l’Etat”. C’est en ces termes que s’est exprimé Mark Bristow, Directeur Général de Randgold Ressources, lors de la 34eme conférence de presse de Kibali tenue ce 21 avril 2018 à Kinshasa. Une conférence qui intervient pendant que des voies, surtout de miniers, s’élèvent pour protester contre certaines clauses du nouveau code minier promulgué par le chef de l’Etat. C’est ainsi que la plupart de questions de journalistes tournaient autour de ce nouveau code minier.


D’après Cyril Mutombo, DG de Kibali,
” l’avenir est radieux, et notre compréhension de choses est que nous avons une stabilité qui commence au moment où il y a eu ce changement. Et en principe la clause de stabilité dont il est question, démarre justement en ce moment là. Et nous pensons qu’à l’issue du dialogue que nous avons engagé depuis le 09 mars 2018 dernier, qu’un consensus sera trouvé et que chaque partie prenante y trouvera son compte.
Le règlement minier ne va nullement remplacer le code minier. Il a été conçu pour compléter le code minier”.
Nous posons nos préoccupations à qui de droit et espérons parvenir à un accord, a-t-il signifié aux journalistes présents à cette conférence.
Et concernant l’impact financier de l’investissement de Kibali au pays, Cyril Mutombo souligne qu’une proposition a été faite au gouvernement congolais dans le sens d’avoir une redevance minière par pallier c.à.d. une redevance dégressive. Actuellement le nouveau code exige que les miniers payent une redevance à un taux de 3,5℅ pour ceux du secteur de l’or par exemple. Ils ont donc proposé qu’une fois que l’or subit une embellie, la redevance aussi doit en bénéficier ( donc une redevance au delà de 3.5℅) mais pendant la période de vache maigre, que l’Etat congolais en tienne également compte. Ce n’est que de cette manière que les deux parties bénéficieront de l’embellie de cours de métaux car le marché minier est cyclique, tantôt en hausse, tantôt en baisse. Il ne faut donc pas se limiter à un seul chiffre.
Autre sujet abordé par Mark Bristow, DG de Randgold, c’est la TVA non remboursé : A ces jours, le gouvernement congolais doit à Kibali 203.4 millions de dollars américains.
Quant aux statiques de production, Kibali vient de terminer son programme d’investissement évalué à 2,7 milliard de dollars américains investis dans ce projet initié depuis 2010.
L’activité minière est enfin achevée, et aujourd’hui la RDC a la mine la plus automatisée d’Afrique et la troisième plus grande mine d’abattage à sous niveau, au monde. La production est sur la bonne voie pour 730.000oz en 2018 selon les indications prévues.


Cette conférence s’est clôturée par la remise de bourses à deux étudiantes de la faculté de sciences géologiques de l’Université de Kinshasa, l’une en G3 et l’autre en L1.

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito