Quantcast
Connect with us

a la une

Patricia Nseya : « la CENI communique bel et bien sur ses opérations »

Avatar of La Rédaction

Published

on

Patricia Nseya : « la CENI communique bel et bien sur ses opérations »

Intervenant au News Forum organisé ce mercredi 28 septembre 2022 par Actualité.cd, le rapporteur de la Commission Électorale Indépendante, Madame Patricia Nseya a démontré noir sur blanc que la CENI communique sur toutes ses opérations.

Ce numéro de News Forum a tourné autour du thème : « l’accès à l’information publique et le e-gouvernement comme gage des élections transparentes et apaisées à l’ère du numérique ».

Quels mécanismes mis en place par la CENI pour un meilleur accès à l’information électorale ? Que demande la société civile ? Où en sommes-nous avec le projet de loi sur l’accès à l’information publique ? Et la place du numérique ? Toutes ces questions étaient au menu des échanges entre quatre panelistes et les participants composés de journalistes, membres de la société civile et quelques cadres de la CENI.

Pour Patricia Nseya, la mission de la CENI est celle d’organiser les élections.

A la question sur Les mécanismes mis en place par la CENI pour un meilleur accès à l’information électorale, le rapporteur de la CENI en énuméré quatre. Il s’agit de
cadres de concertation avec les parties prenantes.

« Pas plus tard que hier nous avons eu un cadre de concertation avec les parties politiques », a-t-elle indiqué.

On note aussi la publication de communiqués à travers les médias traditionnels et les réseaux sociaux.

La CENI recourt également à la Tribune d’expression populaire.
Parmi les matières sur lesquelles la CENI communique beaucoup, nous citons les opérations de cartographie; la révision du fichier électoral, le scrutin et la publication de résultats.

Au sujet du calendrier électoral tant attendu, Madame Patricia Nseya a rassuré qu’il y a déjà un projet de calendrier qui sera rendu public très bientôt.

Cyrille Ebotoko, membre de la Commission Électorale Justice et Paix (CEJP), a estimé qu’il faut aussi faire mention des mécanismes qui manquent pour avoir l’accès à l’information électorale.

D’après lui, cet accès à l’information fait participer à la transparence du processus et accroît la confiance du public. Ce qui a comme conséquence, le pays vote ses dirigeants dans un climat apaisé. Il est aussi revenu sur les sources d’accès à l’information électorale telles que le
calendrier électoral, le cadre de concertation, les communiqués de presse, l’accès aux endroits où se deroulent les opérations (pour les observateurs, les journalistes), l’accès aux données (infos relatives au processus électoral).

Et de préciser que ces données ouvertes de la CENI doivent être en paquet, disponibles, complètes, analysables, non discriminatoires, disponibles en permanence. Ce qui engendra la confiance du public.

Un autre intervenant, le révérend Eric Senga de l’ECC, a fait remarquer que l’accès à l’information publique électorale a des bénéfices. Il y a notamment
cet intérêt de partager l’information publique pour réduire la disparité.

Ce dernier a suggéré à la CENI qu’à chaque étape, il faut ouvrir les canaux d’information pour préparer le souverain premier (le peuple). Il faut aussi une participation des parties prenantes (les politiques, société civile). Aussi, l’accès à l’information réduit et apaise les tensions de la population. Enfin, cela place toutes les parties prenantes devant une boussole pour une bonne orientation, a-t-il dit.

Henri Longendja du Collectif 24 a insisté sur l’importance de la Loi sur l’accès à l’information qui doit être alignée pendant cette session exclusivement budgétaire au Parlement.

A son avis, l’accès à l’information suppose aucune restriction devant celui ou celle qui cherche l’information sauf en cas de secret d’état.

Et d’ajouter : « nous sommes en train de publier un manuel sur l’accès à l’information où nous donnons des informations pour chaque partie prenante (politique, journaliste, société civile). Nous sommes aussi en train de mettre en place une plateforme de données ouvertes. »

Ces échanges se sont clôturés par un moment de questions-réponses pour éclairer les participants sur la problématique des élections en République Démocratique du Congo (RDC).

Nadine FULA

Advertisement

Edito