Quantcast
Connect with us

a la une

Patrick Muyaya :  « le Gouvernement a déjà saisi la justice aux fins d’enquêtes et des poursuites après les allégations du rapport Congo Hold-up »

Published

on

En sa qualité de Porte-parole du Gouvernement congolais, le Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, a donné la position du Gouvernement sur le rapport « Congo Hold-up » publié récemment par des médias internationaux. Un rapport qui accuse la BGFIBank d’avoir facilité au Clan Kabila d’opérer des détournement des fonds publics.

Au cours d’une Conférence de presse tenue, le lundi 22 novembre 2021, le Porte-parole du Gouvernement congolais, Patrick Muyaya, a fait savoir que « ces révélations ne sont pas surprenantes concernant la BGFiBank du fait qu’il y a, depuis le mois de mai de l’année en cours, un dossier judiciaire qui est ouvert ».

Selon Patrick Muyaya, « des faits ont été reconnus par la banque précitée ; des discussions entre l’Inspection générale des Finances, la Banque Centrale du Congo et la BGFIBank ont abouti à un accord dans lequel la banque d’origine gabonaise s’est engagée à rembourser une somme d’environ 43 millions de dollars sur des faits de malversations qui datent d’il y a plus de deux ans ».

« La Ministre de la Justice a écrit au Parquet le 20 novembre dernier. Elle a donné injonction aux fins d’enquêtes et des poursuites. Nous ne pouvons pas, comme Gouvernement, rester insensibles à de telles allégations. Le moment venu, la justice se saisira du dossier, les personnes qui sont concernées seront invitées pour donner leurs éléments ; parce qu’il faut faire la différence entre une enquête journalistique et une enquête judiciaire . Pour le Président de la République, et comme pour le Gouvernement, la lutte contre la corruption est un pilier important de notre stratégie. Ainsi, nous devons améliorer le climat des affaires. Et nous devons être sûrs que nous avons mis en place un dispositif qui permet de lutter efficacement contre la corruption, car cette lutte, nous ne la ferons pas parce qu’il y a des journalistes qui la réclament, mais parce que nous sommes convaincus que c’est un pilier d’une gouvernance responsable », a-t-il souligné.

Rappelons que « Congo Hold-up », c’est le nom d’une nouvelle enquête collaborative qui documente d’importants détournements de fonds publics en République démocratique du Congo.

Parmi les principaux responsables présumés figurent notamment l’ancien Président Joseph Kabila et son premier cercle.

Fruit du travail de 19 médias partenaires associés au consortium européen EIC et de cinq ONG spécialisées, elle est basée sur l’analyse de millions de documents bancaires et transactions qui ont fuité d’une banque africaine : la BGFIbank.

Ce récent rapport cite nommément, parmi les principaux responsables présumés de ces détournements de fonds publics, des membres de la famille de l’ancien Président Joseph Kabila (2001-2019) et certains de ses associés les plus proches.

Le même rapport stipule que « entre 2013 et 2018, ils ont pu mettre la main, avec la complicité de la BGFIBank, sur au moins 138 millions de dollars des caisses de l’État ».

AGNÈS KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito