Connect with us

a la une

Patrick Muyaya : « nous devons créer une large coalition pour investir dans le capital humain »

Published

on

Patrick Muyaya : « nous devons créer une large coalition pour investir dans le capital humain » 1

Le député national, Patrick Muyaya Katembwe, a plaidé pour la création d’une large coalition pour investir efficacement dans le capital humain. Une approche qui a l’avantage de lutter contre le chômage des jeunes et de garantir l’avenir des états, y compris la Rd Congo. Les institutions de Bretton Woods sont, d’après lui, parmi les partenaires solides pour relever ce défi.

Ce député national et président du Réseau de jeunes parlementaires congolais (RJP) a pris part aux travaux de la conférence parlementaire globale qui s’est tenue du 8 au 10 avril 2019 à Washington DC, en marge des Assemblées de printemps FMI-Banque mondiale.

Cette initiative annuelle leur a permis, avec une centaine de ses collègues venus de quatre coins du globe, de discuter sur le renforcement de mécanismes d’appui à leurs différents gouvernements dans l’élaboration des politiques visant notamment à lutter efficacement contre la pauvreté, la corruption,  et tous les maux qui empêchent les pays de se développer.

Patrick Muyaya : « nous devons créer une large coalition pour investir dans le capital humain » 2

« Nous partons du principe selon lequel ni le FMI encore moins la Banque mondiale ne peut développer un pays. Ces institutions de Bretton Woods sont des structures d’appui technique aux volontés des gouvernements de faire avancer leurs pays respectifs. Pour le cas de la RDC, la Banque mondiale a identifié deux problèmes : la faiblisse de l’Etat dans la gouvernance et l’absence d’un encadrement adéquat de la jeunesse. Et c’est sur ces deux axes qu’elle souhaite travailler avec l’Etat congolais dans une nouvelle approche », a rapporté à Zoom Eco, Patrick Muyaya depuis le siège de la Banque mondiale.

Si tout dépend de la capacité de l’exécutif congolais à négocier avec ces institutions de Bretoon Woods afin de bénéficier non seulement de leur accompagnement technique, stratégique mais aussi financier, nombreux sont ces jeunes congolais qui ont besoin d’être éduqués, d’être encadrés et trouver de l’emploi décent et sécurisé.

A l’élu de la Funa de préciser : « il était question pour nous de nous rassurer que les questions de jeunes figurent dans l’agenda des politiques qu’elles font. Nous avons l’occasion de nous imprégner de l’approche de développement de ces institutions. Et nous avons échangé sur les stratégies à mettre en place pour garantir un accès massif de jeunes à l’emploi et renforcer l’appareil étatique pour une meilleure gouvernance. »

A RE(LIRE) : la conférence parlementaire globale démarre à Washington

Les institutions de Bretton Woods ont réaffirmé leur disponibilité à accompagner des états du monde, dont la RDC,  dans des projets d’envergure pouvant apporter de solutions aux problèmes des jeunes qui sont les mêmes partout.

« Je pense que renforcer l’action des gouvernements avec le support de la Banque mondiale et du FMI permettra aux états-membres de mieux mobiliser, gérer et orienter leurs ressources dans les secteurs prioritaires  qui touchent aux problèmes de jeunes. En tant que parlementaires, nous avons l’obligation d’y veiller en amont comme en aval dans le cadre de nos attributions d’autorité budgétaire et de contrôleur de l’action de gouvernementale », a insisté Patrick Muyaya.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement