Connect with us

a la une

RDC : 10 négociants européens ont importé du bois illégal pour 2 millions d’euros !

Published

on

Global Witness vient de tirer la sonnette d’alarme. Sur base des preuves matérielles, cette structure dénonce le fait que dix entreprises de l’UE ont introduit sur le marché européen du bois à haut risque d’illégalité d’une valeur de 2 millions d’euros.

Il s’agit respectivement de : Exott (Belgique), TimTrade (Italie), Edwood (France), Angot Bois (France), JAF Polska (Pologne), France Noyer (France), Interarrod (Portugal), Timbearth (France), et Carbon Market Timber (France).

Les citant nommément, Global Witness les invitent à s’abstenir de s’approvisionner auprès de la société Industrie Forestière du Congo (IFCO) tant que ces manquements manifestes à la législation n’auront pas fait l’objet d’une enquête.

« L’analyse des images satellitaires effectuée par Global Witness montre qu’IFCO a opéré de manière illégale en dehors des périmètres autorisés et qu’elle a exploité la forêt à grande échelle alors que les autorités provinciales avaient suspendu ses opérations», indique le Rapport rendu public ce 14 mars 2019.

Dès lors, IFCO se voit accusée d’ignorer les législations forestières et le code du travail, autant qu’elle représente un véritable danger pour les forêts humides qui jouent un rôle clé dans la régulation du climat.

Pour Global Witness, de tels agissements pourraient constituer une atteinte directe au Règlement Bois de l’Union européenne, législation historique qui donne lieu à l’imposition de peines sévères. Car, les entreprises doivent pouvoir démontrer qu’elles ont pris des mesures concrètes pour réduire le risque que le bois importé dans l’UE ait été extrait dans l’illégalité.

Ce que motive l’exhortation de cette ONG aux autorités françaises, italiennes, espagnoles, polonaises, portugaises et belges afin de prendre des mesures sans plus tarder et à faire observer le Règlement Bois de l’UE.

« D’importantes quantités de bois provenant d’IFCO ont été expédiées vers le port de Valence (Espagne) en août 2018. Ces expéditions semblent avoir été facilitées par un agent espagnol opérant dans le secteur bois. Contacté par Global Witness, cet agent a rigoureusement nié avoir été l’importateur de ce bois. Global Witness est actuellement en contact avec les autorités espagnoles pour solliciter une enquête», indique le communiqué officiel.

En rappel, IFCO, société créée il y a peu, a hérité des droits d’exploitation et des opérations qui appartenaient à Cotrefor, compagnie forestière notoire accusée de plusieurs activités illégales. Cotrefor aurait également été liée à un conglomérat libanais figurant sur une liste de sanctions établie par le Trésor américain au motif qu’il financerait le Hezbollah.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :