Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : 2 milliards USD nécessaires pour l’implantation d’un réseau ferroviaire urbain de 300 kilomètres à Kinshasa

Avatar of La Rédaction

Published

on

Réseau Ferroviaire

Pour réduire les embouteillages qui perturbent la circulation dans la ville de Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), les autorités congolaises ont depuis lors levé l’option de relancer le trafic ferroviaire.

Dans cette optique, une nouvelle société de transport Métro-Kin a été mise en place. Celle-ci a reçu la mission de réhabiliter, moderniser et gérer le chemin de fer dans la capitale congolaise.

Au cours d’un point de presse tenu à Kinshasa, le jeudi 11 août 2022, le Directeur général de cette société de transport, Erick Onepunga, a indiqué que « Metro-Kin projette de faciliter trois millions de déplacements par jour à la fin de la construction de trois premières phases ».

Pour ce faire, explique Erick Onepunga, Métro-Kin a évolué le coût global à hauteur de deux (2) milliards de dollars américains pour rendre possible ce projet du Gouvernement provincial de Kinshasa.

D’après Erick Onepunga, la première phase consiste en la construction de 25 kilomètres, compris entre la gare centrale et l’aéroport international de Ndjili, avec des tracés existants. Celle-ci servirait plus au moins 500 000 passagers par jour, a-t-il révélé.

La deuxième phase concerne la plaine de Kinshasa avec 75 kilomètres.

En outre, il a indiqué que la troisième phase devrait permettre la construction de 90 kilomètres sans en préciser l’itinéraire.

La quatrième et la dernière phase de ce projet prend en compte l’espace compris entre l’aéroport de N’djili et la commune de Maluku. Elle consistera en la construction de 80 kilomètres avec tracés à créer.

Pour la première phase, Métro-Kin a déjà reçu un décaissement d’un montant de 20 millions de dollars américains, a rappelé Erick Onepunga.

Il a par ailleurs expliqué que ces fonds ont servi à réaliser les pré-travaux, avant les travaux proprement dits, à savoir la libération des emprises, passer en revue toutes les études qui ont été faites, assurer la formation, mettre en place des infrastructures. Bref, organiser et préparer le terrain pour que le projet devienne faisable.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito