Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : à l’UDPS, des militants prêts à accueillir le corps du Sphinx de Limete

Published

on

L’ambiance est festive, ce jeudi 30 mai 2019, au siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) à Limete. Ce, à quelques heures de l’arrivée de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi dans la capitale congolaise.

Plus d’une centaine de militants et curieux se sont retrouvés devant le siège de l’UDPS à la 10ème rue Limete pour attendre le corps de leur Leader Maximo afin de lui rendre un dernier hommage.

Pour certains militants, « le retour de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi dans son pays natal symbolise une nouvelle ère démocratique et de la victoire du sphinx de Limete. L’illustre disparu mérite donc d’être d’être élevé au rang de héros national.»

Pour d’autres, l’UDPS est une bénédiction du ciel et les politiques congolais sont appelés à suivre l’exemple d’Etienne Tshisekedi afin de combattre les anti-valeurs.

A cette occasion, le siège de l’UDPS ressemble à une Kermesse : un grand podium y est placé et la musique folklorique kasaienne joue depuis le matin.

A côté, un marché de circonstance s’y est créé : on y trouve des robes-soutanes et T-Shirt blancs qui sont vendus à 4 000 CDF, soit 2,4 dollars américains. La couleur blanche, symbole de la pureté, selon les militants du parti cher à Tshisekedi.

Il se vend également d’autres accessoires à l’effigie du père de la démocratie : des pagnes à 8 000 CDF ; sifflets, drapelets et photos à 1 000 CDF ; les chapeaux communément appelés «Monyere» à 2 500 CDF.

Des petits commerçants ont saisi cette opportunité d’affaire pour vendre à boire et à manger.

De son coté la Police nationale congolaise continue à sécuriser la population ainsi que leurs biens pour permettre le bon déroulement des obsèques.

Cependant, certains combattants de l’UDPS manifestent une certaine déception quant au changement du programme qui leur empêchera de voir la dépouille mortelle du Lider Maximo passer par sa résidence située dans leur bastion historique.

Agnès KAYEMBE & Delicia BONONGE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito