Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : à qui profiterait la mort physique de Kamerhe en « détention provisoire » ?

Published

on

Des nouvelles en provenances du centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK), ex. prison centrale de Makala, ne semblent pas être bonnes pour le directeur du cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe. Plus les jours passent, plus son état de santé se détériore. Et si par malheur la situation se dégradait et que le pire arrivait, s’interrogent d’aucuns, à qui profiterait sa mort ?

La semaine qui s’achève n’aura pas été du tout bonne pour l’inculpé Vital Kamerhe en détention provisoire. Si depuis lundi dernier toutes ses visites ont été drastiquement réduites à cause de son état de santé, indiquent des sources crédibles, la présence d’une ambulance médicalisée a débarqué en urgence pour une intervention et prise en charge médicale du patient.  

Le fait que jusqu’à présent personne ne sait exactement de quoi souffre Vital Kamerhe et comment son état de santé évolue suscite des inquiétudes dans les milieux des militants de son parti politique l’Union pour la nation congolaise (UNC). Ces derniers ont, dès le début, déploré un coup politique visant à fragiliser la plateforme politique CACH et qui s’est concrétisé par une arrestation arbitraire de leur leader. 

En ce moment-là, le Bureau politique de l’UNC avait affirmé être prêt à assumer le combat politique qui s’ouvre et à ne pas courber l’échine avec sa base militante en état d’alerte. L’objectif étant de mettre hors d’état de nuire cette machination politique décriée qui tend à se cacher derrière la justice pour prendre une forme légale.

Dans l’hypothèse où la liberté provisoire lui avait été accordée, estime un analyste, Vital Kamerhe se serait fait soigné sans que cela ne pose problème et qu’il aurait eu la possibilité de se présenter devant la justice à chaque fois que le juge instructeur devrait avoir besoin de lui. 

Ce qui étonne les avocats de la défense, murmure l’un d’eux, c’est aussi le fait que l’une des principales raisons pour lesquelles leur client a été placé sous mandat d’arrêt provisoire et maintenu en détention consistait à organiser des confrontations avec les autres détenus du dossier 100 jours. 

Dès lors, aucune séance n’a été organisée avec ces autres détenus à part celle qui a mis Kamerhe face à Justin Bitakwira (ancien ministre du Développement rural) et face aux membres de la Cellule de suivi du programme des 100 jours à la Présidence de la République.

Si pour la Justice le dossier de Vital Kamerhe en instruction au Parquet général de Matete n’a rien avoir avec la politique puisqu’il porte sur la gestion financière des travaux de 100 jours pour la réhabilitation et la modernisation des infrastructures de base, estiment des analystes, il serait mieux de faire avancer le processus d’instruction pour fixer l’affaire en procès afin que le prévenu soit jugé en audience publique pour que la vérité éclate.

Condamnation ou acquittement, peu importe la sentence, le peuple congolais a besoin de connaitre toute la vérité sur ce qui s’est passé autour de la gestion de ce dossier. Et tirer les conséquences dans la perspective du changement dans la gestion de deniers publics.

Mais pour y parvenir, commente un observateur, il faudra avoir un Vital Kamerhe en bonne santé. Cela devrait, soutient – il, préoccuper le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi ainsi que les juges instructeurs de son dossier. 

Louis MABUIDI

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito