Connect with us

a la une

RDC : Administration publique, l’Etat est déterminé à concrétiser l’agenda de la réforme sous le prisme du renouveau et de la confiance (Ebondo)

Published

on

RDC : la réforme et modernisation de l’Administration publique en revisitassions !

Le vice-premier ministre, ministre des Infrastructures et travaux publics, Willy Ngoopos Sunzhel, représentant le premier ministre, a procédé, le lundi 12 octobre 2020, au lancement de l’atelier résidentiel sur la « Revue globale du processus de la réforme et de modernisation de l’Administration publique. » Objectif : dégager les forces et faiblesses enregistrées à ce jour et actualiser éventuellement son cadre référentiel.

Dans son allocution, le vice-premier ministre Willy Ngoopos, a indiqué que cet atelier poursuit plusieurs objectifs. Il s’agit, entre autres, d’identifier les forces et les faiblesses de l’environnement dans lequel se trouve la réforme de l’administration publique, de proposer des ajustements sur des dysfonctionnements constatés et d’identifier le projet unificateur pertinent de cinq années.

En effet, ces assises se tiennent à un moment décisif où l’économie nationale, secouée par la pandémie de la Covid-19, a besoin d’être relancée en s’appuyant notamment sur une administration publique vigoureuse et davantage efficace dans la perspective de l’atteinte des objectifs du plan national stratégique de développement.

Pour Willy Ngoopos, la révision de ce cadre de réforme de l’administration permettra à la RDC de réaffirmer sa vision en vue de disposer d’un outil de pilotage stratégique et au ministère de la Fonction publique d’actualiser et d’adopter une nouvelle feuille de route dans la conduite des opérations quotidiennes.

La présente revue, a – t – il insisté, est également une occasion pour les parties prenantes de s’approprier la méthode d’évaluation et de la performance par des valeurs acquises tout en estimant qu’il est un système de gestion qui combine la participation de l’expertise nationale à l’échéance de réalisation des résultats et de réduction.

Il a affirmé, par ailleurs, que dans cet esprit de la performance et de l’efficience, le Gouvernement s’est engagé dans plusieurs reformes dans divers secteurs de la vie nationale notamment l’Armée, la Justice, les finances et la Santé.

Il a enfin salué les efforts consentis par le ministère de la Fonction publique en tant qu’autorité de tutelle de la cellule du projet, exécuté par les partenaires techniques et financiers et les membres du Comité de pilotage et de coordination de la réforme dans les cinq ministères ainsi qu’à tous les correspondants thématiques.

De son côté, la ministre de la Fonction publique, Yollande Ebongo Bosongo, a estimé que les préoccupations dudit atelier s’articuleront autour des trois points à savoir :

Primo: la révisitation de la cartographie des besoins et attentes contenus dans le cadre stratégique général de la réforme et modernisation de l’administration publique sur toute l’étendue du territoire national ;

Secudo : l’intégration du numérique dans le processus de la réforme et la modernisation des outils de travail ainsi que la promotion des métiers ;

Tertio : la relance des secteurs de coopération par les projets avec les Partenaires Techniques, Financiers et de Confiance (PTFC).

« Ces thématiques expriment la détermination inébranlable du Gouvernement à faire avancer l’agenda de la réforme sous le prisme du renouveau et de la confiance. La Rd Congo a besoin des ressources humaines de qualité devant assurer son bon fonctionnement et lui permettre de remplir avec efficacité et efficience son rôle dans la conduite de la politique de développement économique et social », a rassuré Yollande Ebongo.

La ministre a dit constater malheureusement que les outils utilisés par le Gouvernement fragmentent le travail des opérationnels sans établir formellement une cohérence d’ensemble. D’où, la nécessité d’aller au-delà de la performance pour établir la bonne gouvernance de toutes les réformes de l’administration publique.

Pour ce faire, elle affirme avoir pris l’option d’inscrire, dans les chantiers des réformes, les dimensions structurantes focalisées sur les ressources humaines de l’Etat, car ce sont les richesses véritables déterminantes du redressement de l’administration.

«Mon point de départ porte sur le Fichier de référence des agents de l’administration publique (FRAP) avec les procédures de recrutement, de titularisation, de régularisation des situations administratives et de gestion des carrières, mais le système de rémunération, qui sont des leviers importants de la gestion moderne des ressources humaines», a précisé Yollande Ebongo.

A elle d’insister que son action reste focalisée sur la résolution des contraintes ou dysfonctionnement réel entre trois organes, à savoir : le ministère de la Fonction publique qui a la charge de la gestion des actes administratifs de ressources humaines, les ministères du Budget et des Finances qui gèrent la liquidation puis l’ordonnancement des rémunérations et les services interministériels associés.

En effet, cette cérémonie s’est déroulée en présence de la ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, Yollande Ebondo, du ministre en charge des Relations avec le Parlement, Déo Nkusu, de celui de l’Industrie, Julien Paluku et du ministre délégué aux Affaires sociales chargé des personnes vivant avec Handicap, Madame Irène Esambo et du représentant de la Banque mondiale.

Agnès KAYEMBE

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement