Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Albert Yuma exprime sa gratitude aux membres de la FEC au terme de ses 17 ans de règne

Avatar of La Rédaction

Published

on

056F8CF4 3858 4D4F AEC0 967B4CF8550B

Dans son dernier discours en tant que Président sortant de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma a remercié tous les membres de ce syndicat patronal pour leur accompagnement durant son mandat. Il s’exprimait ainsi ce lundi 27 novembre 2023, jour dédié non seulement à l’Assemblée générale mais surtout à l’élection de son successeur.

« En tant que Président sortant, j’exprime ma plus profonde gratitude après toutes ces années à vos côtés pour votre engagement, dévouement qui ont rendu possible tout ce que nous avons accompli pendant mon mandat. C’est ensemble que nous avons relevé le défi, ensemble que nous avons célébré nos succès. », a-t-il indiqué avec émotion.

Et d’ajouter : « A tous mes collègues, membres du Conseil d’administration, je voulais sincèrement remercier chacun de vous pour le travail abattu ainsi que des propositions diverses au profit de la communauté des entreprises. C’est ici l’occasion d’inviter tous les membres à s’acquitter régulièrement de leurs cotisations et s’impliquer aux activités organisées par la FEC. Qu’ils soient également remercié tous les personnels pour la qualité du travail parfois dans de conditions difficiles. », a-t-il renchéri.

Comme à l’accoutumée à chaque Assemblée générale, le Président de la FEC a l’habitude de dresser un bilan de l’économie non seulement sur le plan international que national, il n’a pas dérogé à cette règle.

Sur le plan international, il a rappelé qu’en 2023, le ralentissement des activités en 2023-2024 reflète en premier lieu le durcissement monétaire et son impact sur l’investissement.
L’activité est restée globalement dominante dans les économies émergentes. Alors qu’en 2024, prédit- il, les économies émergentes bénéficieraient de la détente des politiques monétaires.

Et sur le plan national, selon la BCC, les perspectives économiques de la RDC prennent une bonne trajectoire. Cette croissance est tirée par le secteur extractif poussé par l’embellie de cours mondiaux.

Ici, Albert Yuma a attiré l’attention des autorités sur le niveau élevé du taux de croissance qui comporte cependant de risques causés par le conflit armé à l’Est du pays, lié à l’organisation des élections, la persistante de la guerre russo-ukrainienne.

Ainsi, pour soutenir une croissance forte et inclusive, il propose que le Gouvernement maintienne des réformes au niveau de la mise en œuvre de la bonne gouvernance, l’amélioration du climat des affaires pour stimuler les investisseurs dans le but de renforcer la résilience dans l’économie.

S’agissant du climat des affaires, le Président sortant de la FEC a estimé que la RDC reste confrontée à de réels défis notamment le mauvais état de systèmes de transport. A cela s’ajoute une faible connectivité entre la périphérie et le centre du pays ; l’insécurité dans l’Est du pays. Il a déploré la détérioration du climat des affaires qui pousse certains investisseurs à laisser tomber leurs activités et d’autres à les ralentir.

Il a invité le Gouvernement à redoubler d’efforts pour la desserte en électricité, la protection de droits de propriétaires intellectuels.

Il a recommandé l’évaluation de différentes recommandations du forum récemment organisé sur le climat des affaires pour prendre de mesures coercitives qui s’imposent.

Enfin, tenant compte du contexte actuel que traverse le pays, Yuma n’a pas manqué un mot à l’endroit de la CENI.

« Toute action réelle économique ne peut réussir sans une stabilité politique. Je me réjouis de l’état d’avancement du processus électoral. En tant que fils de ce pays, je souhaite que les élections se déroulent dans la paix et la sérénité comme cela se passe dans de pays de vielle démocratie du monde. J’encourage la CENI à respecter le calendrier qu’elle a publié et j’invite le Gouvernement à lui donner les moyens convenables. », a-t-il signifié.

En conclusion, le Président sortant de la FEC a félicité et remercié tous les membres qui sont restés fidèles à la FEC tout en soutenant les actions menées par ce patronat pour la défense des activités économiques qui peinent à se débarrasser de la corruption, de tracasseries qui constituent en réalité un véritable frein au développement de notre pays.

Après ce discours, les membres du Conseil d’administration se sont retirés à huit clos pour élire le successeur d’Albert Yuma qui a passé 17 ans à la tête de la FEC.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV