Connect with us

a la une

RDC : Ambroise Tshiyoyo plaide pour une « Francophonie économique » agissante

Published

on

RDC : Ambroise Tshiyoyo plaide pour une « Francophonie économique » agissante 1

Le président de la Chambre de commerce franco-congolaise (CCIFC), Ambroise Tshiyoyo a plaidé pour une « Francophonie économique » agissante et puissante. Cela implique que l’Europe et la France repensent les structures de coopération économique avec l’Afrique et la RDC en orientant, a-t-il recommandé, les ressources financières vers le secteur privé, seul créateur des richesses et des emplois, et par conséquent véritable moteur de développement.

« Une telle orientation de la Francophonie économique constituerait de notre point de vue un véritable levier économique pour les pays africains de manière générale et une première réponse à la question de l’immigration clandestine qui est aujourd’hui à la base du drame qui se joue dans la méditerranée », a –t-il déclaré dans son mot de circonstance, à l’ouverture de la sixième Semaine Française de Kinshasa.

En effet, ce plaidoyer se fonde sur la faiblesse selon laquelle le volume des transactions commerciales entre la RDC et France ne reflètent  ni l’excellence des relations institutionnelles, ni la qualité des affinités culturelles entre les deux pays.

A la CCIFC, instrument officiel de la coopération économique entre la France et la RDC, des efforts sont déployés et les espoirs restent fondés.

« Il y a moyen de faire mieux si nous mettons en place un partenariat gagnant-gagnant pour d’une part donner la chance à l’Industrie Européenne (française) de se donner un nouveau souffle, et d’autre part permettre à notre économie de devenir compétitive par l’appropriation des nouvelles technologies et l’installation de la chaîne de valeur », a martelé Ambroise Tshiyoyo.

A RE(LIRE) : des firmes françaises réalisent environ 2 milliards USD de chiffre d’affaire par an

Des des réformes entreprises par le gouvernement sur le plan normatif, réglementaire et même législatif pour améliorer tant soit peu le climat des Affaires sont saluées par la CCIF et bien d’autres opérateurs ainsi que des partenaires au développement.

Si elles ont combinées à la bonne tenue des Finances publiques en faisant que la RDC maintienne la stabilité du cadre macro-économique, ce dernier reste très fragile du fait de la dépendance presque chronique au seul secteur extractif, lui-même exposé aux aléas des marchés internationaux des cours des matières premières.

D’où, la nécessité et l’urgence de diversifier les sources de revenus et d’installer une chaîne de valeur pour intégrer la plus grande tranche de la population dans la chaîne de production et créer une véritable classe moyenne congolaise qui va assurer une croissance durable  et inclusive.

Ambroise Tshiyoyo a profité de l’occasion pour attirer l’attention des entrepreneurs et investisseurs sur d’autres domaines d’intérêts pour la Diversification, la Transformation en vue d’un nouvel élan. C’est le cas de l’Agro-industrie, le tourisme, la manufacture, la pêcherie industrielle, l’industrie forestière, etc.

« Nous restons convaincu que l’exploitation de toutes ces filières constitue le moyen le plus efficace pour assurer la résilience et l’inclusivité de notre économie ; et permettre à la RDC de jouer le rôle qui lui revient dans le développement des économies  de l’Afrique toute entière. La RDC, ne doit pas continuer à être considérée uniquement comme un marché, nous devons construire une économie qui apporte quelque chose au reste du monde et cela ne peut se faire que par la diversification et l’installation de la chaine de valeur », a – t – il plaidé.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement