Connect with us

a la une

RDC : Anapi sensibilise les femmes entrepreneures aux réformes opérées sur l’indicateur Paiement taxes et impôts!

Published

on

RDC : Anapi sensibilise les femmes entrepreneures aux réformes opérées sur l'indicateur Paiement taxes et impôts! 3

L’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements, ANAPI, a organisé, le jeudi 10 septembre 2020, un atelier de vulgarisation et de sensibilisation des femmes entrepreneures sur les réformes opérées sur l’indicateur Paiement taxes et impôts.

Ces assises étaient organisées avec l’appui de la Cellule d’Exécution des Financements en faveur des Etats Fragiles (CFEF) dans le cadre du Projet de Développement du Pôle de Croissance Ouest de la Banque Mondiale.

RDC : Anapi sensibilise les femmes entrepreneures aux réformes opérées sur l'indicateur Paiement taxes et impôts! 4D’après le DG de l’ANAPI, Anthony Nkinzo, le choix porté sur cette thématique se justifie par le fait qu’il a été constaté qu’en cette période où le taux de chômage est croissant, l’entrepreneuriat féminin constitue un refuge pour nombre des familles. Et cela est encouragé par les nombreux dispositifs publics ou privés, et apparaît comme une solution collective, dans une période d’effritement des investissements solides et directs étrangers. Il est, à ce jour, un vecteur essentiel de la croissance et le relais indispensable de la grande unité de production.

À travers cet atelier, l’ANAPI a visé plusieurs objectifs. Il s’agissait notamment d’informer les femmes entrepreneures congolaises sur les différentes réformes mises en œuvre pour assainir le climat des affaires, particulièrement sur le paiement des taxes et impôts ; sensibiliser les femmes entrepreneures sur les mesures fiscales incitatives prises en faveur des Petites et Moyennes Entreprises Congolaises ;

outiller les femmes entrepreneures par une meilleure connaissance des impôts, droits, taxes et redevances à payer à l’Etat dans l’exercice de leurs activités économiques ;

sensibiliser les femmes entrepreneures évoluant encore dans l’informel à se formaliser afin de bénéficier des différentes mesures mises en place par l’Etat pour promouvoir les PME et éviter d’être la proie de certains représentants des services étatiques véreux ; inciter les femmes entrepreneures de Kinshasa à une meilleure culture fiscale, etc.

Pour atteinte tous ces objectifs, l’ANAPI a mis l’accent sur plusieurs pistes dont celle de la paie de taxes et redevances. Et aussi, l’ANAPI a également rappelé aux femmes entrepreneures les désavantages et les inconvénients de se soustraire à cette obligation civique, d’une part. Et d’autre part, les facilités que les services publics et régies financières offrent aux entrepreneures qui s’y conforment.

Profitant de cet atelier, l’ANAPI a brossé la situation économique qui s’observe surtout dans les provinces de l’Est du pays. A en croire l’ANAPI, cette situation est morose. D’après ANAPI qui s’appuie sur le rapport de mission qu’elle avait effectuée antérieurement avec le Gouvernement. Les plaignants en cette situation morose sont pour la plupart des investisseurs. Ces derniers attribuent la dégradation des affaires, notamment au déficit énergétique, le délabrement des infrastructures publiques et au système fiscal.

L’ANAPI a profité de cet atelier pour encourager les femmes entrepreneures à sortir de l’informel : “la plus grande proportion d’entrepreneurs en RDC, est constituée des femmes qui, pour la plupart, évoluent encore dans l’informel. Ces femmes n’ont aucune notion sur l’entrepreneuriat. Et aussi, ces femmes n’ont pas une formation conséquente pouvant leur permettre de faire face aux péripéties liées à l’exercice de leurs affaires“, a-t-elle rapporté.

Dans le cadre du processus d’amélioration du climat des affaires initié par le Gouvernement depuis plusieurs années, des efforts ont été entrepris dans le sens de la simplification de la procédure de déclaration et de paiement ainsi que de la réduction du nombre des perceptions et des taux, a indiqué l’ANAPI.

Le cadre juridique et administratif définissant les modalités de fonctionnement des provinces a ensuite été précisé, par l’adoption d’une série de lois et mesures qui, notamment, détermine de nouvelles ressources financières pour les provinces et procède à une répartition de certains impôts et taxes entre l’État et les provinces . Ainsi, la République Démocratique du Congo (RDC) s’est lancée résolument dans un processus de décentralisation, visant la mise en place d’un système d’organisation de l’administration du territoire qui confère aux 26 provinces le pouvoir de s’administrer librement.

Nadine FULA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement