Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : au T1-2024, les dépenses exécutées en procédure d’urgence évaluées à 1.211,1 milliards de CDF

Avatar of La Rédaction

Published

on

33FBB949 1C22 4384 9079 7BAB1A9F43D9

Au premier trimestre 2024, les dépenses du Gouvernement de la République Démocratique du Congo exécutées en procédure d’urgence se situent à 1.211,16 milliards de Francs congolais (CDF) contre un volume de 1.217 34 milliards de Francs congolais (CDF) du quatrième trimestre 2023.

Ces indications ressortent du rapport trimestriel du ministère des Finances sur la situation des dépenses publiques exécutées en procédure d’urgence au premier trimestre 2024.

Rapporté au volume des dépenses exécutées, le pourcentage de la dépense exécutée en procédure d’urgence s’élève à 23,5% au premier trimistre 2024 contre 17,7% au quatrième trimestre de l’année dernière.

Ce niveau fait suite, d’une part au retard enregistré dans la mécanisation du budget de l’exercice 2024 et d’autre part, à l’importance de dépenses de sécurité (57,1%), de paiement de service de la dette publique (7,7%), ainsi que les dépenses d’investissement sur ressources propres (6,9%).

L’exécution du Plan de trésorerie du secteur public au premier trimestre 2024 renseigne un total de dépenses, y compris l’amortissement de la dette publique de 5,148 milliards de Francs congolais (CDF) contre une exécution de l’ordre de 4,095 milliards de Francs congolais (CDF) fin mars 2023, occasionné notamment par l’importance de dépenses de sécurité du pays.

En effet, le volume des dépenses de sécurité du pays au premier trimestre de l’année en cours s’est établi à 1.296,86 milliards de Francs congolais (CDF) contre 623, 44 milliards de Francs congolais (CDF) à la période correspondante, soit un accroissement en glissement annuel d’environ 108%.

Il sied de rappeler que dans le cadre de son programme économique appuyé par la Facilité élargie au crédit du Fonds monétaire international (FMI), le Gouvernement congolais s’est engagé à limiter le pourcentage de dépenses exécutées en procédure d’urgence à 8% pour l’ensemble de l’exercice 2024.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV