Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Benoît Lwamba se fait recadrer par Celestin Tunda pour une compréhension erronée de sa visite !

Avatar of La Rédaction

Published

on

Benoit Lwamba 1

C’est un véritable recadrage que le vice-premier ministre, ministre de la Justice et gardes des sceaux, Celestin Tunda Ya Kasende vient de faire au président de la Cour constitutionnelle et président du Conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba. 

A la base, la compréhension erronée de la visite de Célestin Tunda aux organes et officies judiciaires de la ville de Kinshasa, laquelle visite a été visiblement jugée inopportune malgré son motif bien étayé et fondé sur l’indépendance de ma magistrature. 

« Elle n’est dès lors nullement fondée la présomption que vous imputez à ma visite de voir interférer dans les affaires judiciaires », lit – on dans son courrier adressé à Benoit Lwamba, ce ce 22 avril 2020.

Le vice-premier ministre en charge de la Justice ne cautionne pas du tout la formulation de la réponse lui réservée, la qualifiant d’« agressive » et « peu courtoise ». 

« Nous sommes tous (ministre de la Justice et magistrature) acteurs au sein du même secteur, celui de la justice, qui de toute évidence appelle la conjugaison constante de nos vues pour sa bonne marche en vue de répondre au mieux aux attentes de tout notre peuple », a rappelé Celestin Tunda Ya Kasende. 

Il fonde ainsi sa démarche sur le fait que l’indépendance de la magistrature est comprise comme une garantie donnée aux justiciables en vue de leur assurer une justice saine et équitable. 

A lui d’insister : « il ne s’agit donc pas des murs bâtis pour créer en la faveur des magistrats un cercle cloisonné qui n’aurait de compte à rendre à personne. Aucune institution de la république, soit – elle les Cours et tribunaux, ne peut fonctionner dans un tour d’ivoire sans rapport avec les autres. Et de surcroit, elle ne peut s’autoriser au nom de l’indépendance, d’adresser des remontrances à une autre institution. »

Pour renforcer son argumentaire sur la nécessité de collaboration, Celestin Tunda Ya Kasende a rappelé à Benoit Lwamba des questions d’intérêt général qui méritent concertations et échanges permanents entre eux.  C’est le cas de la conduite de la politique du Gouvernement dans le secteur de la justice ; la question liée à la vie sociale des magistrats ainsi que des agents de carrière attachés aux Cours et Tribunaux ; et la mise en oeuvre et l’évaluation des réformes entreprises dans le secteur. 

« Au clair loin de moi était l’idée de vouloir vous interroger sur le contenu de vos dossiers, récents ou passés et que vous seul êtes en mesure d’expliquer. (…) Moi je crois plutôt à la collaboration et au sens élevé de l’Etat car nous avons ensemble, dans l’humilité, le devoir de construire une nouvelle administration de la Justice », a précisé le vice-premier ministre, ministre de la Justice.

Assurant, en sa qualité de membre de l’Exécutif, le trait d’union indispensable entre la Magistrature te le Gouvernement ainsi que le Parlement, Celestin Tunda a rappelé à Benoit Lwamba plusieurs de ses interventions auprès de ses collègues pour le déblocage de certains dossiers concernant la Magistrature.

« Est-ce que cela constitue une atteinte à votre indépendance? Certainement pas pour les personnes d’une autre école », a insisté Me Tunda Ya Kasende qui affirme sa détermination de ne pas s’éloigner du bon sens et encore moins d’utiliser sa plume pour trahir son attachement à l’éthique et à d’autres valeurs cardinales qui servent à rapprocher les humains. 

Louis MABUIDI

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV