Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : campagne électorale, l’essentiel du code de bonne conduite de candidats !

Published

on

La campagne électorale a débuté sur l’ensemble du pays le jeudi 22 novembre 2018 à minuit et elle va se clôturer le vendredi 21 décembre 2018 à minuit. Durant cette période, les candidats à différents échelons sont  tenus d’observer le Code de bonne conduite tel que le stipule la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Zoom Eco se fait le devoir d’en rappeler les principales grandes lignes.

Tout d’abord, il y a lieu de préciser à tous les candidats que les rassemblements électoraux, au cours de la campagne électorale, doivent se dérouler conformément aux dispositions légales relatives aux manifestations publiques. Seuls les partis politiques et regroupements politiques ainsi que les candidats indépendants sont habiletés à organiser des réunions électorales.

Aussi, il est demandé aux organisateurs de manifestations de veiller au bon déroulement de ces meetings en respectant l’ordre public et le respect de loi.

Affiches et banderoles

Pendant la campagne, chaque candidat, pour besoin de visibilité, apposent des affiches ça et là, parfois même aux endroits non autorisés.

A ce sujet, il est demandé aux candidats indépendants ou regroupement politique de ne pas installer à leurs frais, à proximité du Centre de vote qu’un seul  panneau d’affichage. Aussi, tout affichage est interdit sur les édifices publics.

Quid de la liberté d’expression ?

Il est strictement interdit aux candidats de tenir des propos injurieux ou diffamatoires. Il n’est pas non plus permis  de tenir des propos susceptibles d’inciter au mépris envers les tiers, à la haine, au racisme, au tribalisme. Encore moins d’inciter quiconque à commettre un acte de nature à entraîner des violences, des menaces ou à priver d’autres personnes de l’exercice de leurs droits.

Cependant, la loi reconnait à tous le droit d’exercer sa liberté d’expression.

Utilisation de biens de l’Etat, que dit la loi ?

En effet, la loi interdit aux candidats, partis ou regroupements politiques d’utiliser à des fins de propagande électorale, les biens, les finances et le personnel de l’Etat, des établissements et organismes publics et de sociétés d’économie mixte.

Ainsi, la CENI prévoit qu’en cas de l’abus des biens sociaux confirmé par un jugement irrévocable, entraîne la radiation de la candidature de son auteur ou l’annulation de la liste du parti ou regroupement politique.

Les candidats sont rappelés au strict respect de toutes ces mesures prises et rendues publiques ce 21 novembre 2018 et signé par la rapporteur Jean-Pierre Kalamba.

Nadine FULA | Zoom Eco

Advertisement

Edito