Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Débacle du projet « Bukanga Lonzo », la justice veut enquêter sur le détournement de 80 millions USD

Published

on

Après la débacle du projet Bukanga Lonzo qui a englouti 80 millions de dollars américains ou presque, la justice congolaise décide d’ouvrir une enquete.

Premier ministre au moment des faits, le sénateur Matata Ponyo pourrait voir ses huminités levées.

Dans cette optique, une demande de levée a été adressée au Sénat conformément à la loi, afin d’obtenir la levée d’huminités de Matata Ponyo afin que celui-ci puisse être mis à la disposition de la justice.

La demande du magistrat instructeur intervient après le rapport établi par l’Inspection générale de finances (IGF) sur la gestion des fonds alloués au projet agro industriel de Bukanga Lonzo.

Selon des sources judiciaires, la demande de levée d’immunités qui proviendrait du Procureur général près la Cour de cassation viserait en premier lieu le sénateur Augustin Matata Ponyo et ensuite, sa collègue Ida Kamonji, dont on dit qu’elle était à l’époque des faits, Directrice générale de cette entreprise agro-industrielle.

A en croire quelques extraits du rapport qui ont fuité, il est fait état d’un détournement de 7 392 162 677 de Francs congolais, l’équivalent de 7 989 408,08 de dollars américains. Des fonds destinés à l’acquisition des machines auprès de la société Africom, qui ne reconnaît pas avoir reçu une certaine commande pour des équipements, dont des matériels divers ainsi que des intrants agricoles.

Non livrés au Parc agro-industriel, ces équipements et divers matériels sont demeurés à ce jour non seulement non livrés, mais aussi introuvables. Pire, « aucune lettre de protestation adressée au fournisseur n’a été enregistrée dans cette affaire, ni des démarches entreprises pour la restitution des fonds versés dans le cadre de différentes commandes ».

Des têtes risquent de tomber

Entre autres griefs articulés contre le sénateur Matata Ponyo, l’on relève le paiement d’un montant de 510 883,83 dollars américains versés à la firme Desticlox dans le cadre des frais de gestion, alors que cette entreprise était inexistante dans le partenariat de gestion conclu entre l’Etat congolais et la société Africom.

Pour l’Inspection générale des finances, c’est sans titre ni droit que cette firme a été insérée dans ce partenariat. Et l’IGF s’est permise de fouiner dans le capital social où les engagements et les paiements des sommes dues par l’Etat congolais aux sociétés Parcagri SA, Separagri SA et Marikin SA n’offraient aucune visibilité, sans déceler la moindre justification, alors que les écritures sont demeurées indélébiles dans les livres de la comptabilité de Bukanga-Lonzo.

« Dans cette affaire, il a été constaté une négligence coupable dans le chef de l’ancien Premier ministre dont on dit qu’il ne s’était pas entouré de toutes les mesures prudentielles nécessaires pouvant garantir la bonne gestion du projet. Ce qui aurait abouti à rendre opaque, la gestion menée par les partenaires sud-africains. Ce qui laisse entrevoir un laisser-aller coupable dans le chef de différents partenaires de cette entreprise-phare de Bukanga- Lonzo », soutient un expert ayant requis l’anonymat.

Matata Ponyo se dit innocent

A travers les médias, Augustin Matata Ponyo ne cesse de nier toute implication dans la gestion calamiteuse du projet Bukanga lonzo, soutenant que chaque ministre sectoriel avait l’obligation de veiller à ses devoirs pour la réussite du projet.

Rappelons qu’il y a quelques mois, un groupe de journalistes a produit un rapport à l’issue d’une enquête sur la débacle de Bukanga Lonzo.

Selon le rapport, l’ancien Premier ministre Matata Ponyo n’est impliqué ni de près, ni de loin à l’échec de ce projet du Gouvernement.

Il faut noter que Bukanga Lonzo, c’est 80 millions de dollars américains des contribuables congolais qui se sont volatilisés, rendant ainsi plus misérables les bénéficiaires du projet qui ont fondé tous leurs espoirs aux produits du parc agro industriel de Bukanga Lonzo.

Olivier KAMO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito