Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : dégazage du Golf de Kabuno, une priorité du Gouvernement à régler avant fin 2020

Avatar of La Rédaction

Published

on

79C5D7D0 AE04 497C 870C 2177DA789908

Le président de la République a fait part au Conseil des ministres de la situation, de plus en plus, dangereuse pour les fermes et les animaux suite à la grande concentration du gaz carbonique dans le Golf de Kabuno (Nord-Kivu).

Face à ce danger, le Conseil des ministres de ce vendredi 18 septembre 2020, à l’initiative du chef de l’Etat, a décidé que le ministre d’Etat, ministre des Hydrocarbures ainsi que les ministres ayant le Budget et les Finances dans leurs attributions prennent toutes les dispositions pour le dégazage à grande échelle du Golf de Kabuno avant la fin de l’année en cours.

Le lac Kivu est connu pour sa grande quantité du gaz méthane, qui est une source énergétique non négligeable. Cependant, ce gaz n’est pas le seul que contient ce lac situé entre Goma et Bukavu, deux grandes villes de la région du Kivu.

On y trouve également le dioxyde de carbone (CO2) ou gaz carbonique en grande quantité, soit environ 155 km3.

Les origines de ce gaz ne sont pas directement liées aux activités volcaniques comme le prétendaient la plupart d’habitants de Goma mais plutôt une conséquence de beaucoup de phénomènes tels que la décomposition des matières organiques.

Aussi, une autre quantité de ce gaz provient directement du manteau.

Dans la majeure partie du lac Kivu, ce gaz se situe à environ 60 mètres de profondeur. Ce qui n’est pas, en effet, le cas dans le golf de Kabuno, partie située dans le nord-ouest du lac tout près de la cité de Sake à une vingtaine de kilomètres de Goma, où le lac n’a que 150 mètres de profondeur tout au plus, le dioxyde de carbone se trouve à une faible profondeur soit à au moins 10 mètres de la surface.

Un risque permanent d’asphyxie pour les populations humaines et animales environnantes en cas d’explosion de ce gaz à effet de serres.

Une explosion pourrait survenir en cas d’un phénomène exogène tel qu’un tremblement de terres ou une éruption volcanique. Et cela pourrait avoir des conséquences sur tous les êtres vivants autour du lac.

Il est plus qu’urgent de passer à l’opération de dégazage !

Du risque d’explosion et des dégâts qui peuvent en résulter, nombreux en sont conscients, et parmi eux les Gouvernements provincial et national qui ont lancé symboliquement en mars dernier, l’opération du dégazage par la réception de la station pilote de dégazage de cette partie du lac Kivu.

Le ministre d’Etat en charge des Hydrocarbures, lors de la signature du contrat de la phase industrielle du dégazage du golf de Kabuno sur le Lac Kivu, avait précisé en présence des Gouverneurs des provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu que la matérialisation de ce projet pourra épargner les vies d’une éventuelle explosion gazière, comme ce fut le cas avec le Lac Nyos au Cameroun.

Par ailleurs, il faut noter qu’il y a quatre blocs gaziers dans le Lac Kivu. Il y a le bloc Goma qui est déjà attribué, on ne peut plus revenir là-dessus, il est question tout simplement de mettre les points sur les i et le travail commence.

Il y a trois autres blocs gaziers, dont le bloc Makele, il y a le bloc Manjovu, et le bloc Idjui. Un appel d’offres du Gouvernement sera bientôt lancé pour permettre à ceux qui auront les moyens, de venir exploiter.

Nadine FULA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV