Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : des égyptiens mènent des études pour la navigabilité du fleuve Congo entre Boma et Kinshasa

Published

on

Des égyptiens ont entamé des études de faisabilité pour rendre le fleuve Congo navigable entre Boma et Kinshasa. Objectif : exploiter les possibilités de relier Moanda à Kisangani par voie fluviale. La délégation de l’Autorité de l’ingénierie des Forces armées égyptiennes conduite par le général Mahmoud Shain a évoqué les enjeux de ce projet avec le premier ministre, Ilunga Ilunkamba.

En effet, le projet phare qui a motivé le déplacement de cette délégation en Rd Congo est la réalisation d’études de faisabilité pour la navigabilité du fleuve Congo de Boma jusqu’à Kinshasa.

« Nous avons commencé hier les visites de reconnaissance aérienne en visitant le site du projet. Nous avons l’intention de faire d’autres visites sur le terrain afin de découvrir l’endroit approprié pour faire le canal devant rendre le fleuve Congo navigable », a rassuré le général Mahmoud Shain.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la coopération sud-sud pilotée conformément à la volonté de deux chefs d’Etat, Abdel Fattah al-Sissi de l’Egypte et Félix Antoine Tshisekedi de la Rd Congo. Ils restent déterminés à construire ensemble une nouvelle dynamique de cette collaboration.

Une démarche soutenue par le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui œuvre, depuis son investiture, à renforcer les liens économiques avec des pays amis en vue de favoriser les investissements porteurs de croissance en Rd Congo.

Un sens d’ouverture et d’engagement manifeste salué par l’ambassadeur de l’Égypte en Rd Congo, Hamdy Shaaban.

Il y a lieu de préciser que les responsables des deux entreprises égyptiennes, déjà opérationnelles dans différents projets en Rd Congo, à savoir Arab Contractor et Hasaan Allan ont fait partie de cette délégation de l’Autorité de l’ingénierie militaire des Forces armées égyptiennes.

Vue de la séance de travail avec le premier ministre Ilunkamba.

En rappel, le cours inférieur du Fleuve Congo, compris entre Kinshasa à Matadi (350 km) est traversé par les Monts du Bangu et compte 32 chutes qui rendent la navigation impossible.

Entre Matadi et l’océan (soit 137 km), le fleuve Congo calme laisse remonter les bateaux de mer. Entre Boma et Banana, des îles basses et marécageuses divisent le fleuve en de multiples bras.

Tout l’enjeu de ces études de faisabilité consiste à voir dans quelle mesure la Rd Congo pourrait, avec l’accompagnement de l’Egypte, ouvrir ce bief non navigable et exploiter sa vocation commerciale entre Banana et Kinshasa.

Grâce à son ingénierie militaire, l’Egypte dispose d’une expertise incontestable après avoir piloté le mega-projet du Canal de Suez.

Emilie MBOYO

Sur le même sujet :

RDC : dragage du fleuve Congo, un remède pour «déconfiner» l’économie face aux effets du Covid-19 !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito