Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Des sanctions financières de Washington contre le Général François Olenga !

Published

on

RDC : Des sanctions financières de Washington contre le Général François Olenga !

Lui, c’est le Chef de la Maison Militaire du Président de la République, Joseph Kabila. Il vient d’être frappé ce jeudi 01 Juin 2017 des sanctions financières du Département du Trésor à travers le bureau du Contrôle de l’Actif Etranger (OFAC) des Etats-Unis d’Amérique. Motif : Multiples entraves au processus démocratique en RDC.

Précisément, l’OFAC a désigné François Olenga, en sa qualité de Chef de la «Maison Militaire» du Président, comme superviseur de la Garde républicaine, une entité dont les membres ont participé à des actions qui ont sapé le processus démocratique en RDC.

« Cette action poursuit les efforts du Président de la RDC Joseph Kabila (Kabila) et du Gouvernement de la RDC à entraver et à retarder les préparatifs d’une élection présidentielle crédible et inclusive et du premier transfert pacifique et démocratique de la RDC conformément à l’accord du 31 décembre », indique l’OFAC dans un communiqué officiel.

Nature de sanctions

L’inscription du nom de ce Haut gradé de l’armée congolaise dans la liste noire du Département du Trésor américain a des implications financières qui contraignent à l’incriminé à l’isolement notamment du monde des affaires.

À la suite de ces mesures, tous les biens du Général François Olenga se trouvant aux États-Unis sont gelés. Il ne pourra plus, jusqu’à nouvel ordre, entreprendre des relations d’affaires avec des entités et/ou des sujets américains à travers le monde.

Pour preuve, Safari Beach, l’un des plus beaux sites touristiques au bord du fleuve Congo dans la périphérie de Kinshasa et souvent fréquenté par une clientèle diversifiée est visé par ces sanctions financières.

Il en va de soit que localement, commente un banquier, le Chef de la Maison militaire du Chef de l’Etat voit ses transactions bancaires (en termes de transferts d’argent nécessitant le code SWIFT, l’utilisation des cartes bancaires, etc.) souffrir d’une certaine restriction pour des raisons évidentes.

« Cette action contre Olenga envoie un message fort que les actes de violence, d’agression et de répression de l’armée congolaise contre ses propres citoyens sont inacceptables », a déclaré John E. Smith, directeur de l’OFAC.

Et de préciser : « Les États-Unis sont prêts à appliquer des sanctions supplémentaires contre ceux qui sapent les processus démocratiques ou électoraux de la République Démocratique du Congo ».

Ces sanctions sont entrées en vigueur à la suite de la publication de l’Ordonnance Exécutive (E.O.) 13413, telle que modifiée par E.O. 13671. Cette dernière autorise des sanctions à cause de ce que Washington qualifie d’activités qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité de la RDC, pays plongé dans une crise depuis le maintien au pouvoir du Président Kabila après l’expiration de son mandat en décembre 2016.

Dans cette liste noire, le nom du Général François Olenga, chef de la Maison Militaire de Joseph kabila depuis septembre 2014, rejoint ceux d’Evariste Boshab et Kalev Mutomb parmi les congolais black-listés.

Zoom Eco

A RE(LIRE) : 

RDC : Sanctionnés par l’Union Européenne, que perdent-ils?

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito