Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : dossier Grand Inga, la coalition « Toboyi molili » s’oppose à toute signature de contrat avec FFI sans respect des préalables

Avatar of La Rédaction

Published

on

IMG 20221203 WA0096

Les membres de la société civile réunis autour de la coalition « Toboyi molili » invitent le Gouvernement central à sursoir l’addendum de contrat qui interviendra incessamment en République Démocratique du Congo dans le cadre du développement du Projet Grand Inga et des industries vertes, notamment la production de l’hydrogène destiné à l’exportation. Ils ont lancé cet appel, le vendredi 2 décembre 2022, au cours d’un café-presse.

Signalons que la réaction de la coalition « Toboyi molili » intervient à la suite de la rencontre intervenue, le 30 novembre 2022, entre la Directrice générale de Fortescue Future Industries (FFI), Julie Shuttleworth, et le Premier Ministre congolais, Jean-Michel Sama Lukonde.

A l’issue de cette rencontre, les responsables de FFI ont en effet annoncé le démarrage imminent du projet. Une décision qui inquiète la société civile, estime la Coordinatrice de l’ONG femmes solidaires (FESO)et membre de la coalition « Toboyi molili », Madame Mignonne Mbombo.

« Il y a beaucoup de préalables auxquels il faut faire face. Il y a beaucoup d’irrégularités que Fortescue Future Industries( FFI) n’a pas encore régler, notamment les études socio-environnementales qui ne sont pas disponibles, jusque-là. Ils disent que les études sont en cours. Mais comment ont peut arriver à la signature de contrat dès lors que les études socio-environnementales ne sont pas encore connues ? », a-t-elle fustigé. Avant d’ajouter : « Ce que nous déplorons chez nôtre Gouvernement est qu’il n’a pas une vision claire par rapport à l’électrification du pays. Il serait important que notre Gouvernement puisse mener, aussi à son niveau, des études socio-environnementales pour une contre-expertise par rapport à ce que FFI amène. »

Pour sa part Pascaline Zamunda, membre de la coalition « Toboyi molili », a souligné que « ce projet montre visiblement que ça ne profite à rien à la population congolaise ».

« Nous demandons à la population congolaise de s’élever pour dire non à un projet qu’il ne maîtrise pas. Le format actuel de ce projet ne montre pas clairement ce que l’Etat congolais tire comme dividendes au bénéfice de la population. Quand nous analysons ce projet, nous trouvons qu’il y a beaucoup des conséquences néfastes pour les générations actuelles et futures.
Sur le plan environnemental, si jamais les études ne sont pas prouvées, ce projet entraînerait réellement une catastrophe naturelle qui va engendrer peut-être les déplacements massifs, les inondations, la perte en termes d’énergie hydraulique pour la population congolaise, sans pourtant mentionner la perte de certaines espèces (poissons, animaux, aliments…) qui sont aussi une source économique de la population congolaise.
Il y a aussi les impacts économiques, jusque-là il y a des populations qui seront demandées à être déplacées, mais comment vont-elles vivre ? Aujourd’hui il y a encore les victimes de Inga 1 et 2, qui se plaignent qu’elles ont été roulées. », a-t-elle indiqué.

De ce fait, la Coalition « Toboyi molili » invite le Gouvernement à se focaliser sur d’autres barrages qui existent déjà.

« Il y a beaucoup de barrages abandonnés sur toute l’étendue du pays, pourquoi ne pas investir dans un barrage qui servira de l’électricité dans les provinces et territoires parce qu’il s’agit déjà des infrastructures qui doivent être capitalisées », s’est-elle préoccupée.

Au regard des toutes inquiétudes, la coalition « Toboyi molili » formule cinq recommandations phares au Gouvernement central à savoir :

1° la coalition demande au Premier Ministre de ne pas se précipiter à signer les contrats en rapport avec ce projet éminemment stratégique, et de s’assurer que ceux-ci sont signés avec l’implication non seulement de toutes les parties prenantes mais aussi de toutes institutions de la République étroitement concernées par les différents aspects de ce projet;

2° La coalition exige la divulgation des études des faisabilités développées dans le cadre de différents contrats qui seront signés en faveur de Fortescue Future Industries (FFI) notamment pour les centrales à construire à Inga, Mpioka et Matadi avant toute signature d’un contrat;

3° La coalition demande que les avantages et impacts sociaux, environnementaux économiques de l’hydrogène vert à produire soient préalablement décrits de façon claire à la population et à toutes les parties prenantes intéressées au projet d’aménagement du Fleuve Congo;

4° La coalition exige la divulgation ou le partage de différents contrats qui sont envisagés dans le cadre des centrales hydroélectriques et géothermiques à construire par FFI et l’implication de ces parties prenantes;

5° La coalition dénonce toute signature d’un addendum sur les contrats susmentionnés en faveur FFI avant tout accomplissement de l’ensemble de ces préalables et de façon transparente.

Agnès KAYEMBE

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV