Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : en 2023, la patrouille financière de l’IGF a recalé 1,5 milliard USD des dépenses publiques

Avatar of La Rédaction

Published

on

806BAB49 914B 4E54 9721 9820DC8EA03F

A la faveur des missions de contrôle effectuées en 2023, l’Inspection générale des Finances a sauvé la trésorerie publique des dépenses de l’ordre 1,5 milliard de dollars américains. C’est ce qu’a révélé l’Inspecteur général et Chef de service de l’inspection générale des Finances, Jules Alingete, au cours d’une émission sur la radio Top Congo FM émettant à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo.

« Les dépenses qu’auraient dû faire les entreprises publiques mais recalées par les équipes de l’IGF pour raisons d’irrégularités sont autour de 1 milliard et demi de dollars. Donc ça signifie que nous avons fait économiser à ces établissements et entreprises cet argent qui devrait être affecté à des dépenses irrégulières. Parmi ces dépenses irrégulières, il n’est pas exclu qu’il y ait des actes de détournement. », a révélé Jules Alingete Key.

Dans son intervention, ce dernier a indiqué que la patrouille financière a fait un travail très important.
L’action de l’IGF visant 44 établissements publics.

Présente également dans les provinces du pays, l’IGF a permis à ces dernières de réaliser des économies.

« Je ne peux pas vous donner les chiffres des économies réalisées dans les provinces parce que nous ne l’avons pas fait. En toute sincérité, nous n’avons pas fait le travail de dire que dans telle province nous avons barré la route à tel nombre d’actes d’irrégularités. Mais je sais que le travail n’est pas différent de ce qui se fait au niveau des établissements publics. », a-t-il dit.

L’Inspection générale des Finances, avec à sa tête Jules Alingete, a réalisé plusieurs prouesses dans la mobilisation des recettes publiques en République Démocratique du Congo.

A ce jour, plusieurs tentatives de détournement des deniers publics ont été stoppées au cours de trois dernières années grace à la vigilance de l’Inspection générale des Finances.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV