Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : en 2023, les dépenses en procédure d’urgence ont atteint le volume de 3.976,65 milliards de CDF

Avatar of La Rédaction

Published

on

B6FDC445 2065 455A BB93 297B0C93A1D5

L’année 2023 a été marquée par les dépenses publiques du Gouvernement de la République Démocratique du Congo situées à 22.863,73 milliards de Francs congolais (CDF), équivalant à plus de 8,2 milliards de dollars, considérant le taux de change actuel à l’indicatif.

D’après les indications de la Banque Centrale du Congo, sur ce volume de 22.863,73 milliards de Francs congolais (CDF), les dépenses exécutées en procédure d’urgence s’élèvent à 3.976,65 milliards de Francs congolais soit un ratio de 17,4% contre la cible fixée à 10%.

« Pour l’ensemble de l’exercice 2023, le Compte Général du Trésor indique un total des dépenses de l’ordre de 22.863,73 milliards de CDF. Dans ce volume, les dépenses exécutées en procédure d’urgence s’élèvent à 3.976,65 milliards de CDF soit un ratio de 17,4% contre la cible fixée à 10%. », renseigne ce document de la BCC.

La même source indique que la situation du Compte Général du Trésor pour le quatrième trimestre 2023 renseigne un total des dépenses, y compris l’amortissement de la dette publique, de 6,884,83 milliards de CDF contre des montants de 6.674,80 milliards de CDF,
5.207,89 milliards de CDF et 4.095, 18 milliards de CDF exécutés respectivement au troisième, deuxième et premier trimestre 2023.

Au quatrième trimestre, les dépenses exécutées en procédure d’urgence se sont chiffrées à 1.217,34 milliards de CDF contre des montants respectifs de 1.485,96 milliards de CDF, 789,85 milliards de CDF et 483,5 milliards de CDF enregistrés au troisième, second et premier trimestres 2023.

Sur cette base, le ratio de dépenses exécutées en procédures d’urgence se situe à 17,7% du total de dépenses du quatrième trimestre 2023 contre de ratios de 22,3%, 15,2% et 11,8% atteints respectivement au troisième, second et premier trimestre 2023.

Ce niveau de ratio est occasionné essentiellement par les prépondérances de dépenses concernant la sécurité, les paiements du service de la dette publique, les dépenses des élections et les dépenses d’investissement sur ressources propres.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement

Edito

ZoomEco TV