Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : en près de 5 mois, les dépenses du personnel ont atteint 3.737,5 milliards de CDF

Avatar of Kiala Curnis

Published

on

BEA6FA7B 994B 4172 A040 D1B3CF0E5933

Malgré les efforts fournis par le Gouvernement de la République Démocratique du Congo dans la maîtrise des effectifs des agents publics, la masse salariale dans l’administration publique ne cesse d’augmenter.

En près de mois de l’année en cours, le Gouvernement congolais a dépensé 3.737,5 milliards de Francs congolais (CDF), soit 1,3 milliards de dollars, au taux de change actuel fixé par la Banque Centrale, pour le paiement des agents publics et fonctionnaires de l’Etat.

D’après des sources concodantes, la question de la masse salariale en République Démocratique du Congo (RDC) a été au cœur de plusieurs tractations avec des partenaires financiers internationaux.

La masse salariale a été réajustée à 7.128 milliards de Francs congolais (CDF) pour l’exercice budgétaire 2023, en vertu de l’accord conclu avec le Fonds Monétaire International (FMI).

Cependant, il y a eu un accroissement de la masse salariale des agents publics de l’État, évalué à 310 millions de dollars américains, ce qui a suscité l’indignation du FMI.

Le Premier Ministre sortant, Sama Lukonde, a affirmé, lors du dépôt du projet de budget 2024 à l’Assemblée nationale, que son équipe était engagée à poursuivre la maîtrise de la masse salariale, tout en assurant l’amélioration des conditions salariales des fonctionnaires.

En clair, bien que le Gouvernement affirme vouloir maîtriser la masse salariale, il semble y avoir une tendance à l’accroissement de cette dernière, ce qui suscite les préoccupations des partenaires financiers dont le Fonds Monétaire International (FMI) et nécessite une gestion rigoureuse des effectifs de la Fonction publique.

L’Inspection générale des finances (IGF) a révélé, l’année dernière que le quart du fichier de paie des fonctionnaires de l’État de la RDC est composé de faux agents, doublons et agents fictifs. Ces irrégularités entraînent une perte de plus de 700 millions de dollars chaque année pour l’État.

Dans son rapport, l’IGF a indiqué que ce fichier est constitué de 145.604 agents payés avec des numéros matricules incorrects, fantaisistes ou fabriqués.

Ils sont au nombre de 53.328 agents, ces agents ayant plusieurs numéros matricules. 93.356 agents partageant un même numéro de matricule avec d’autres agents. 43.725 agents payés sans que leurs noms ne figurent sur les listes déclaratives de leurs services d’origine. Et 961 agents chargés du traitement de la paie travaillant pour plusieurs ministères.

Mitterrand MASAMUNA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV