Quantcast
Connect with us

a la une

RDC: faible encadrement des cambistes, l’un des facteurs de spéculation sur le marché de change

Published

on

RDC: faible encadrement des cambistes, l’un des facteurs de spéculation sur le marché de change 1

La non-identification de tous les cambistes et un manque de suivi dans l’application de la réglementation du métier de changeur de monnaie sont quelques handicaps qui amplifient la spéculation.

Selon l’instruction N° 007 de la Banque centrale du Congo, réglementant le métier de cambiste, cette activité doit essentiellement se faire dans un bureau de change agréé, ayant respecté toute la procédure en la matière.

Et cette procédure exige que les bureaux de change soient constitués sous forme de Société à Responsabilité Limitée, SARL. Ils doivent obtenir un agrément auprès de la BCC moyennant une caution et les frais d’agrément.

La caution varie selon la catégorie à laquelle le bureau de change appartient : 2 500 dollars pour la première catégorie ou de niveau national ; 1 000 dollars pour la deuxième catégorie ou de niveau provincial ; 150 dollars pour les cambistes manuels ou physiques.

Quant aux frais d’agrément, ils sont fixés à 20% de la caution de chaque catégorie.

Sur terrain, toutes ces mesures ne sont pas bien appliquées, les cambistes qui opèrent en tant que bureaux de change sont à compter du bout de doigt. Et la Banque Centrale a visiblement du mal à connaître le nombre exact de tous les cambistes exerçant en Rd Congo.

La plupart d’entre eux préfèrent exercer sous le manguier, même s’ils sont exposés à tous les risques: vol, braquage, voire même assassinat de la part des malfrats.

Les autorités publiques devraient veiller au respect de la réglementation dans l’établissement des bureaux de change et l’application des mesures d’accompagnement en termes des restrictions, de paiement des amendes et autres pénalités.

A RE(LIRE) : Taux de change, l’affichage extérieur reprend sous la barbe de la Banque Centrale

L’affichage en public abusif de taux d’où provient la spéculation mérite d’être sanctionné autant que le port obligatoire de masques.

La Police congolaise devra être mise à contribution pour éviter les dérapages de certains congolais mal intentionnés qui préfèrent dépouiller leurs compatriotes.

Harris KASONGO

Sur le même sujet :

RDC : Le cambisme ne peut se pratiquer que dans un bureau de change [Document Exclusif]

Advertisement

Edito