Connect with us

a la une

RDC : Fatshi appelé à rompre avec les abus de droits de l’homme du régime Kabila (HRW)

Published

on

« Félix Tshisekedi devrait rompre de façon décisive avec l’administration abusive et corrompue de Joseph Kabila et adopter des changements systémiques qui profitent à toute la population de la RD Congo », tel est l’appel de Human Rights Watch.

Dans un courrier officiel adressé au chef de l’État et rendu public ce jeudi 11 avril 2019, cette organisation des droits de l’homme demande au successeur de Joseph Kabila de faire de la défense et de la promotion des droits humains une priorité pendant sa présidence.

Estimant que les premières mesures prises par lui sont positives, mais des changements systémiques sont nécessaires, Human Rigths Watch formule 10 recommandations essentielles pour améliorer les droits humains dans le pays.

Il s’agit notamment :

– de démettre de leurs fonctions les officiers des forces de sécurité et les autres responsables ayant commis des abus ;

– de faire appliquer les droits à la liberté d’expression, de réunion et d’association ;

– de mettre fin à l’ingérence dans le système judiciaire ;

– de garantir la progression des poursuites à l’encontre des personnes responsables des pires abus ;

– et de développer une stratégie complète pour gérer la question des groupes armés.

« Le président Tshisekedi est confronté à la lourde tâche de mettre fin aux cycles de violence et d’abus, alimentés par l’impunité et la corruption, qui minent la RD Congo depuis longtemps », a expliqué Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch.

A lui d’estimer que si Félix Tshisekedi a prêté serment en janvier 2019 après des élections contestées, il a maintenant une occasion importante de créer une administration respectueuse des droits qui se conforme à l’État de droit.

« En prenant des mesures fortes, audacieuses et concrètes pour faire progresser les droits, le président Tshisekedi mettrait en œuvre son engagement à tourner la page après des décennies de violences, d’abus, de mauvaise gestion et d’impunité. La population congolaise et le monde entier suivront ses actions de près », a conclu Kenneth Roth.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :