Connect with us

a la une

RDC : Fayulu invité à dénoncer les attaques contre les journalistes dans ses meetings

Published

on

RDC : Fayulu invité à dénoncer les attaques contre les journalistes dans ses meetings 1

Martin Fayulu, candidat malheureux à l’élection présidentielle de décembre dernier, est invité par  Journaliste en danger (JED) à « dénoncer publiquement les attaques contre les professionnels des médias » qui deviennent répétitives à l’occasion de ses différents rassemblements populaires pour revendiquer la vérité des urnes.

Dans une correspondance lui adressée, le mardi 5 février 2019, JED lui recommande également de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour que pareils incidents ne puissent plus se répéter.

« Les meetings que vous organisez pour réclamer la vérité des urnes donnent lieu, depuis quelques temps, à d’inquiétantes agressions physiques à l’égard des professionnels des médias par vos militants », lit-on dans cette correspondance signée par Tshivis Tshivuadi, le secrétaire général de JED.

En effet, la récurrence des actes de violence que subissent les journalistes et professionnels des médias dans l’exercice de leur profession lors des meetings de Martin Fayulu mérite une condamnation ferme de sa part vis-à-vis de ses militants.

Parmi des cas recensés, JED évoque celui de Israel Mutombo, journaliste à Afrika Tv, qui a été attaqué et violemment agressé, le samedi 2 février 2019 au terrain Sainte Thérèse, dans la commune de N’Djili, par des militants de « LAMUKA ».

Il y a ensuite celui de Dieumerci Mankesela, cameraman du magazine intitulé « Tokomi wapi » (Traduction : Où en sommes – nous arrivé ? », diffusé dans plusieurs chaînes, qui a été molesté par les militants de la même coalition « LAMUKA », le déclarant « indésirable » à ce meeting.

Deux semaines plus tôt, le directeur de publication adjoint du média en ligne  « Actualite.cd », Stanis Bujakera Tshamala et le correspondant de TV5 Monde dans le Sud-Kivu, Joseph Amani, ont été aussi malmenés et leurs matériels saisis en marge des rassemblements des partisans de Martin Fayulu, les 21 et 24 janvier 2019, à Kinshasa et à Uvira, dans la province du Sud-Kivu.

« JED a dénoncé ces actes qui portent gravement atteinte à la liberté d’information, du reste garantie par les lois de la République, et a rappelé à la bonne intention de M. Fayulu que les journalistes qui viennent couvrir ses meetings ne font qu’exercer leur devoir d’informer et ne doivent aucunement être pris pour cibles dans ses revendications», a-t-elle précisé.

Gérard KANGOMBE | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement