Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : FCC dénonce la politique de violence et de terre brûlée !

Published

on

Le Front Commun pour le Congo (FCC) se dit choqué par l’incendie de nature criminelle qui a ravagé le dépôt du matériel électoral de la CENI, ce jeudi 13 décembre 2018 à Kinshasa. Dans un communiqué officiel qu’il vient de rendre public, il condamne « cette politique de violence et de terre brûlée dont les premières victimes et les premiers dégâts sont aujourd’hui déplorés». Ci dessous l’intégralité du message :

Le Front Commun pour le Congo déplore les pertes subies par l’Antenne provinciale de la Centrale électorale et encourage celle-ci à poursuivre sans désemparer le processus entamé en pourvoyant aux besoins ainsi créés.

Le FCC rappelle qu’en date du 03 Décembre 2018, au cours de sa dernière conférence de presse, il avait dénoncé l’apologie de la violence et les attaques systématiques du candidat Président de l’Opposition Martin Fayulu qui, au grand étonnement du monde entier, a pour programme politique, au cours de cette campagne électorale : l’invitation de ses militants et sympathisants à détruire le matériel électoral de manière à empêcher la CENI d’organiser les scrutins prévus le 23 décembre prochain.

Ces propos et la gestuelle qui les accompagne étaient déjà le prélude de la mise en œuvre d’un projet bien planifié tendant à entraver le processus électoral en cours et à saper l’investissement politique de tout un peuple.

Le FCC condamne cette politique de violence et de terre brûlée dont les premières victimes et les premiers dégâts sont aujourd’hui déplorés.

Le FCC dénonce le silence de la communauté internationale qui est restée très curieusement aphone depuis le déclenchement, par le candidat du regroupement LAMUKA, de la violence électorale décriée.

Le FCC appelle toute la population à demeurer sereine et à protéger, avec détermination, son processus électoral, comme en 2006, lorsque les mêmes forces du mal, avaient incendié la Cour Suprême de justice, afin de tenter désespérément de bloquer l’aboutissement heureux du processus électoral.

Le coupable n’étant plus à rechercher, le FCC invite les autorités compétentes à assumer chacune ses responsabilités afin de garantir la tenue effective, le 23 décembre prochain, des scrutins prévus.

Fait à Kinshasa le 13 décembre 2018

Néhémie MWILANYA WILONDJA
Coordonnateur

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito