Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : FCC exhorte l’UDPS à œuvrer pour le parachèvement du processus électoral

Published

on

Le Front commun pour le Congo (FCC) a invité tous les partis politiques y compris l’UDPS à œuvrer pour le parachèvement du processus électoral en cours. Entre les lignes, il s’agit d’un message clairement lancé à tous ses concurrents politiques qui pensent que leur défaite aux sénatoriales est un prétexte favorable pour remettre en cause cette partie du processus électoral.

En effet, pour la plateforme de Joseph Kabila, il est hors de question de d’annuler un quelconque scrutin indirect (des sénateurs et/ou des gouverneurs et vice-gouverneurs) tant que les opérations électorales prévues dans le calendrier électoral rendu public par la CENI n’auront pas été achevées.

« Toutes les parties prenantes à ce processus, devraient ainsi contribuer de façon constructive à la stabilité et la paix de notre pays en préservant la pérennité de notre démocratie, gage du développement tant attendu », a indiqué Néhémie Mwilanya, le coordonnateur du FCC dans un communiqué parvenu à Zoom Eco ce 17 mars 2019.

A RE(LIRE) : Front commun pour le Congo rafle les deux tiers des sièges au Sénat

Réaffirmant son attachement à la lutte contre la corruption et tant d’autres tares qui gangrènent la classe politique de notre pays, le FCC condamne le recours à la violence par les militants des partis ayant connus la défaite électorale comme voie d’expression de revendication. Allusion faite visiblement à l’UDPS.

A Néhémie Mwilanya de préciser : « le FCC estime, en effet, que toute défaite électorale impose naturellement, au sein d’un parti politique, un devoir d’autocritique et de remise en question sans que cette démarche soit pour autant instrumentalisée, à des fins purement politiques, au point de tenir tout un peuple en otage. »

Par ailleurs, le FCC a affirmé avoir pris note de la déclaration de ce 17 mars 2019 du secrétaire général de l’UDPS, au sujet des résultats de ces élections sénatoriales. Fort de son attachement à la Constitution et à la loyauté républicaine, le méga-regroupement de Joseph Kabila se dit « préoccupé par ladite déclaration d’autant qu’elle désoriente le peuple congolais et qu’elle comporte une mise en péril du cycle électoral pourtant âprement négocié et déjà parfaitement entamé ».

Le Front commun pour le Congo a enfin rappelé à l’attention de l’opinion publique qu’il s’est livré lui-même à cet effort de maturité politique au lendemain de la défaite surprenante de certains de ses candidats aux scrutins sénatoriaux du 15 mars dernier.

En rappel, une réunion interinstitutionnelle est prévue ce matin du lundi 18 mars 2019 autour du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi. Objectif : passer en revue la situation et annoncer une série de mesures conséquentes.

Emilie MBOYO

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito