Connect with us

a la une

RDC : FCC-Lamuka, la raison de l’altercation lundi entre députés nationaux !

Published

on

RDC : FCC-Lamuka, la raison de l’altercation lundi entre députés nationaux ! 1

L’enjeu de taille autour de la répartition de postes pour le Bureau définitif de l’Assemblée nationale conformément au poids parlementaire est à la base de l’altercation intervenue au cours de la plénière de ce mardi 15 avril 2019. Le déclencheur aura été l’usage de la brutalité par les élus du Front commun pour le Congo (FCC) pour empêcher au rapporteur de lire la communication du Bureau relative à la validation des mandats des élus de Beni ville, Beni territoire et Yumbi.   

En effet, la validation des mandats des 15 élus du peuple du 31 mars 2019 dont 10 sont membres de la Coalition Lamuka divise les députés nationaux de ces camps politiques. Si les uns s’imposent pour renvoyer cette validation à la prochaine session, les autres tiennent mordicus pour que la question soit vidée par la plénière avant l’élection des membres du Bureau définitif de la chambre basse du Parlement.

Tout est parti de l’annonce de l’ordre du jour de la séance plénière par le président du Bureau provisoire, à savoir la communication du bureau, sans le faire adopter à la plénière. Parmi les points brossés, il y avait la validation de mandats de députés des dernières élections du 31 mars. Il était aussi question de communiquer sur le calendrier des élections du bureau définitif.

L’altercation a eu lieu pendant que le rapporteur s’apprêtait à lire la communication en rapport avec la validation de quinze députés issus des dernières élections législatives nationales dont dix sont membres de la Coalition Lamuka.

Le FCC n’a pas apprécié cette façon de faire estimant qu’il était plus urgent de passer directement au calendrier du vote du bureau définitif. Pour ses élus, la validation du mandat de nouveaux députés devait revenir au Bureau définitif.

De leur côté, ceux de Lamuka ont évoqué la nécessité d’épuiser cette matière au cours de cette session tant que l’une des missions du Bureau provisoire consiste en la validation de mandats des élus du peuple.

La motion du député national, Nawej Mundele, soutenu par les membres de sa famille politique (FCC), a exigé la surséance de la validation de mandat de ces députés, allant jusqu’à arracher le micro au secrétaire faisant office de rapporteur du Bureau provisoire. Cette confusion a entraîné une altercation dans la salle, poussant le président à suspendre la plénière.

Politiquement, la validation de ces quinze députés dont dix sont du Lamuka a un effet d’entrainement sur la répartition de poste du bureau définitif. Si jamais ces derniers sont validés, les députés de Lamuka seront au nombre de 113. Conséquence, ils auront droit à deux sièges : un titulaire et un adjoint alors qu’actuellement ils n’ont droit qu’à un seul poste.

Nadine FULA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement