Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : fibre optique, l’ARPTC autorise Liquid Telecom à construire une station d’atterrage 

Avatar of La Rédaction

Published

on

RDC : fibre optique, l’ARPTC autorise Liquid Telecom à construire une station d’atterrage  1

C’est officiel. L’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (ARPTC) vient d’octroyer à la société Liquid Telecom une licence de construction d’une station d’atterrage de la fibre optique en Rd Congo. Cette décision vise à permettre au pays de se doter d’une deuxième possibilité de connexion internet et de s’ouvrir à la concurrence pour améliorer la qualité des services et leur meilleur accessibilité.

En effet, le secteur de la Fibre optique est désormais ouvert à la concurrence. Cette ouverture à un opérateur privé va, sans nul doute, entraîner un essor et susciter l’émulation auprès des fournisseurs qui, jusqu’à présent, ne sont servi que par la seule SCPT. 

Dans cette perspective, Vodacom Congo, Orange RDC, Airtel Congo et Africell RDC auront la liberté de se choisir une réelle fibre optique à un prix et à une qualité des services compétitifs.  Et les abonnés congolais pourront ainsi vivre l’expérience 4G qui demeure encore l’apanage de bourses capables de se l’offrir. L’enjeu pour l’ARPTC étant que tout abonné congolais ait accès à internet 4G de qualité incontestable et à des prix plus accessibles.

Il y a lieu d’observer que le régulateur des Télécoms en Rd Congo a visiblement tiré les leçons des inconvénients créés par la dernière coupure d’internet due à un sectionnement du câble WACS.

Si, en matière de fibre optique, il est techniquement recommandé à un pays de se doter d’une redondance, entendez une deuxième ligne ou ligne de secours, qui prendrait la relève en cas de panne sur la dernière, la Rd Congo a, jusque-là, évolué sans cette alternative. 

Pour sortir de cette crise de coupure d’internet qui a duré trois semaines, la Rd Congo avait dû solliciter, en attendant que la situation soit rétablie, un raccordement d’urgence sur la fibre angolaise.

La Rd Congo tend à tourner cette page définitivement. Et à ranger cette histoire de panne sans redondance dans le passé. Liquid Telecom qui a obtenu le go de l’ARPTC est une entreprise opérant dans le secteur de la fibre optique et du backbone sur le continent africain. Elle compte relier la station d’atterrage de la Rd Congo au câble Equiano. La durée des travaux n’a pas encore été révélée.

Cette initiative est saluée tant dans le milieu d’opérateurs télécoms que par les experts du secteur au regard de son incidence certaine sur la baisse des prix d’internet avec une amélioration du service portés par la concurrence qu’elle va engendrer. 

La conséquence économique directe sera une meilleure performance des initiatives commerciales à travers le pays qui boosteront, de ce fait, l’économie numérique en RDC.

A RE(LIRE) : panne d’Internet, la défaillance du câble WACS localisée à Limbe (Cameroun)

Cette ouverture de la fibre optique à la concurrence en Rd Congo vient tordre le cou à une désinformation répandue par des mauvaises langues depuis le week-end dernier présentant l’arrivée de Liquid Telecom comme une décision nuisible et défavorable à la SCPT. 

En réalité, la Rd Congo vient d’emboiter les pas à des pays comme le Nigéria, le Kenya ou encore la Tanzanie qui sont dotés d’au moins deux stations d’atterrage, avec pour corollaire une éclosion numérique en un temps record. 

Des analystes avertis demeurent convaincus que la question de la deuxième station d’atterrage est donc plus une question technique que politicienne.

Emilie MBOYO

Sur le même sujet :

RDC : l’ARPTC interpelle les Télécoms sur la mauvaise qualité de services

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito