Connect with us

a la une

RDC : Glencore a été contrainte d’annuler une dette «fictive» à décharge de KCC

Published

on

RDC : Glencore a été contrainte d’annuler une dette «fictive» à décharge de KCC 1

[FLASH-BACK] – Glencore a été contrainte par la Gécamines à annuler une « dette fictive » à décharge de Kamoto Copper Company (KCC). Ainsi, l’annulation de 1,4 milliard de dollars américains n’aura pas été du tout un cadeau au gouvernement congolais. Elle est intervenue à la suite de la signature de l’accord transactionnel le 12 juin 2018. Ce dernier mettait fin au contentieux qui avait opposé les deux partenaires, à savoir : Gécamines (détentrice de 25% des parts) et Katanga Mining, filiale de Glencore en RDC (détentrice des 75% des parts) dans cette joint-venture.

Le fait pour le PDG de Glencore, Ivan Glasenberg, d’assimiler l’annulation de cette dette « fictive » à un «cadeau» à l’Etat congolais vient occulter une page d’histoire et jeter un discrédit sur l’exécutif national de la RDC. Des voix s’élèvent pour dénoncer une véritable posture de défense de ce gestionnaire vis-à-vis de ses partenaires en Assemblée générale.

Au cas contraire, analysent certains, il devrait brandir des preuves que cet argent aurait servi à la corruption des autorités congolaises. A cette déclaration sulfureuse, Glencore a, pour sa part, affirmé que ses activités étaient strictement au-dessus de tout conseil et qu’elle avait pris des mesures pour renforcer sa gouvernance d’entreprise.

« La société affirme que l’annulation de la dette par Katanga Mining n’était pas un pot-de-vin. C’était une réduction de dette ; aucun individu n’en a profité, elle était transparente. Et en toute transparence, elle a été approuvée par nos auditeurs », a déclaré un porte-parole de Glencore.

Retour sur l’origine de l’annulation

En effet, le surendettement et la non-reconstitution des fonds propres de la société commune ont été les deux raisons à la base d’un dialogue de sourds qui s’était installé entre les deux partenaires. Ce qui avait conduit  Gécamines à solliciter auprès du Tribunal de Commerce de Kolwezi, en date du 20 avril 2018, la dissolution de KCC.

Katanga Mining, filiale de Glencore en RDC, avait été reproché par Gécamines d’avoir, par une série d’accords financiers et commerciaux intragroupe, mis en œuvre une politique qui a abouti à ponctionner, à son seul profit, la trésorerie et la richesse de KCC. Et ce, durant plus de dix ans.

« En se basant uniquement sur les quatre derniers exercices, la dette financière est ainsi passée de 3 233 736 880 USD à 4 572 497 908 USD et la dette commerciale de 1 967 255 847 USD à 4 473 525 056 USD, en sorte que la société se trouve endettée, fin 2017, à l’égard du Groupe Glencore à hauteur de 9 milliards USD, le tout en supportant des taux d’intérêt annuels pouvant atteindre 14%, très loin des conditions auxquelles la maison-mère emprunte, pour ensuite prêter à la société commune. Ce sont ainsi plusieurs centaines de millions de dollars d’intérêts qui sont chaque année dus par KCC au groupe d’actionnaires majoritaires », a révélait la Gécamines dans une mise au point officielle.

A LIRE (AUSSI) : Glencore a – t – elle vraiment roulé Gécamines ?

Malgré sa surprise de voir son partenaire minoritaire engager une procédure judiciaire de manière unilatérale, la filiale de Glencore considérait cette situation des capitaux propres négatifs comme une problématique comptable qui résultait des pertes historiques de KCC suite à la réhabilitation des infrastructures vétustes qu’elle aurait héritées au moment du rachat du complexe minier de Kolwezi.

« KCC et ses actionnaires de Katanga ont fait de nombreuses tentatives pour engager des négociations constructives avec la Gécamines pour remédier à cette situation et continueront de tenter d’engager ces négociations. KCC et ses actionnaires de Katanga Mining prendront toutes les mesures nécessaires pour remédier à cette situation et s’assurer de la consolidation et la poursuite de ses opérations », précisait KCC dans un communiqué officiel.

A RE(LIRE) : contentieux KCC réglé, Gécamines et Katanga mining signent un accord !

L’ajournement de l’audience du 8 mai 2018 au Tribunal de commerce de Kolwezi a ouvert la voie à un processus d’arrangement à l’amiable qui s’achèvera un mois plus tard, soit le 12 juin 2018, par la signature d’un accord au terme duquel, Glencore a consenti l’annulation de sa dette que Gécamines considérait de « fictive ».

En rappel, la Gécamines s’est engagée dans un processus de rééquilibrage juridique et économique de ses partenariats avec les investisseurs miniers. Objectif : permettre à ses Jointes Ventures de produire des richesses non seulement pour elle, mais aussi pour l’Etat. 

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :