Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : gouvernement Ilunkamba, qui sera ministre de quoi et surtout pourquoi ?

Published

on

[OPINION]- Qui sera ministre de quoi et surtout pourquoi ? Voilà la grande question post-nomination du Premier ministre. Plus qu’une simple interrogation de bon sens, une équation cruciale. Existentielle même. Tant pour le pays que pour le nouveau président de la République.

Impossible de donner un contenu au « changement radical » cher au peuple de l’UDPS sans un gouvernement en adéquation avec cet idéal. A fortiori, sans des ministres « vertébrés », la nécessaire requalification du quotidien-fort peu enviable- de la majorité des congolais demeurera un vœu pieux. D’où l’impératif d’un casting qui mette l’accent sur la compétence technique.

Il n’est évidemment pas question de prendre des libertés avec les fondamentaux constitutionnalisés du régime semi-parlementaire -ou semi présidentiel qui veut que le Gouvernement soit l’émanation de la majorité à la Chambre. D’où la donne « onction du suffrage universel » autrement appelé poids politique des candidats-ministres ou des regroupements et partis qui les proposent. Essentiel pour obtenir l’adhésion populaire.

Il n’est pas non plus question de faire passer par pertes et profits la probité morale des ministrables. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » Vu de RDC, cette citation de l’écrivain humaniste français François Rabelais vaut son pesant d’or.

En particulier, lors de grandes manœuvres en rapport avec la redistribution des cartes. Comme c’est le cas en ce moment où la coalition CACH-FCC s’adonne à l’exercice le plus prisé de politiques rd congolais. A savoir le partage du pouvoir.

Blanchi sous le harnais de l’UDPS avec pour totem « la lutte contre les anti-valeurs”, Félix- Antoine Tshisekedi joue gros sur ce terrain-là. Comment concilier les impératifs politiques et la moralité dans le critérium ?

Question délicate dans une société où l’incertitude du lendemain a repoussé les frontières de la vertu. N’importe comment, le premier antidote du gouvernement Ilunga réside dans le casting.

José NAWEJ/FA

*Titre de Zoom Eco
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito