Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : guerre contre le Rwanda via le M23, le CREFDL recommande le décaissement de 1 milliard USD en faveur des FARDC

Avatar of La Rédaction

Published

on

fardc beni patrouillent jpg 711 473 1

Le Centre de recherches en finances publiques et développement local (CREFDL) estime nécessaire le décaissement de suffisamment des moyens financiers afin de mieux motiver les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à bouter dehors les terroristes du fameux M23 soutenus par l’armée rwandaise.

Dans un communiqué publié le 31 octobre 2022 et signé par le Directeur général, Valery Madianga, le CREFDL demande au Gouvernement central de décaisser 1 milliard de dollars américains au profit des militaires congolais. Ce qui, selon le communiqué, permettra que le pays récolte des résultats escomptés au front.

« Face la crise sécuritaire dégradante, le CREFDL recommande au Gouvernement Le décaissement de la plus-value d’environ 1 milliard de dollars américains, enregistrée dans le cadre de l’exécution de la Loi de finances 2022, à l’armée en vue de l’augmentation de salaire du personnel militaire envoyé au front, renouvellement des équipements et soutien aux besoins humanitaires », peut-on lire dans le communiqué.

Tout en félicitant le Gouvernement de la décision courageuse d’expulser l’Ambassadeur rwandais en poste à Kinshasa, le CREFDL estime que l’annulation immédiate de tous les accords commerciaux signés avec le Rwanda demeure une urgence. Allusion faite à l’accord du 26 juin 2021 conclu entre l’entreprise rwandaise Dither Ltd et la Sakima S.A (RDC) à Goma. Pour le CREFDL, ledit accord donnerait au Rwanda la possibilité d’exploiter gracieusement les minerais sur une superficie de 10 000 ha, d’après la cartographie de la Sakima S.A.

Dans le communiqué, le CREFDL pense qu’il y a urgence de sauver la province du Nord-Kivu de l’agression rwandaise.

« Le Centre de Recherche en Finances Publiques et Développement Local (CREFDL) est consterné par l’ampleur de la situation sécuritaire dans la province du Nord-Kivu, avec la prise de deux importantes localités par les rebelles du M23/RDF, à savoir : Kiwanja et Rutshuru Centre. Cette situation a provoqué un déplacement massif de la population et exige en urgence l’intervention de l’Etat, mais aussi le décaissement des moyens conséquents en faveur de l’armée pour défendre la ville de Goma et ses environs. », renseigne le communiqué.

Et d’ajouter : « Le CREFDL constate que le Gouvernement a franchi, à fin Septembre 2022, la barre de 10,7 milliards de dollars prévus dans le cadre de la mobilisation des recettes, exercice 2022. Il compte d’ici décembre, atteindre le niveau de réalisation des recettes à hauteur de 22 471,3 milliards de CDF équivalant à 11,2 milliards de USD et des dépenses de l’ordre de 21 953,2 milliards de CDF, soit un solde excédentaire de 518,0 milliards de CDF (258,4 millions USD). Ce qui dégage une plus-value d’environ 1 milliard Usd par rapport aux prévisions arrêtées dans la Loi de Finances initiale de l’exercice en cours.
»

Le Parlement, en tant qu’autorité budgétaire, est prié par le CREFDL de rectifier les crédits budgétaires inscrits dans le Projet de Loi de Finances exercice 2023 alloués au secteur de la défense, pour atteindre le montant de 1,5 milliard USD. Ces allocations, pense-t-il, couvriraient les besoins exprimés dans la Loi de programmation militaire.

Au niveau du circuit de la dépense publique, estime cette organisation de la Société civile, les besoins exprimés par l’armée prennent le caractère urgent sur le fonctionnement des Institutions.

Olivier KAFORO

Advertisement

Edito