Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : JED alerte sur des menaces proférées à l’endroit d’un groupe de journalistes à Kinshasa

Published

on

Journaliste en danger (JED), une structure de droits de journalistes, lance un vibrant appel au calme après une cascade de menaces proférées sur les réseaux sociaux contre quatre journalistes basés à Kinshasa, capitale de la RD Congo, par des individus présentés comme proches du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi.

La crainte de JED se justifie entre autres par le fait que dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, une personne se présentant comme « combattant de la diaspora » s’en prend violemment aux journalistes Stany Bujekera (actualité.cd), Elysée Odia (Top Congo FM), Peter Tiani (Vrai journal) et Claude Pero Luwara (CPL). Ces quatre journalistes sont accusés d’avoir été corrompus par certains acteurs politiques congolais pour « saper les actions du Président Tshisekedi ».

« Ces faux journalistes ont été corrompus pour nuire au Président Tshisekedi en critiquant toutes ses bonnes actions. Je mets en garde Elysée Odia, Stany Bujekera, Peter Tiani et Pero Luwara. Ces journalistes ainsi que leurs collègues ont reçu de l’argent pour étouffer toutes les bonnes œuvres réalisées par le Président de la République », présume cet individu qui se présente comme un pro Tshisekedi.

Comme pour accentuer la menace, les photos de ces quatre journalistes ont été également publiées sur les réseaux sociaux par l’ancien directeur de la presse présidentielle, Abraham Luakabuanga. Dans ce qu’on peut considérer comme légende accompagnant les photos, Abraham Luakabwanga indique ce message : « ternir l’image du Chef de l’Etat, nous vous avons à l’œil. Vous incarnez le ridicule de la presse congolaise ».

Toutes les tentatives de JED pour rejoindre Luakabuanga afin de calmer la tempête se sont avérées vaines.

Quant aux journalistes incriminés, ils ont exprimé leur étonnement de voir des tels messages être publiés sur les réseaux tout en démentant les faits qui leur sont reprochés.

« J’ai été surprise de voir nos photos publiées dans les réseaux sociaux. Aucune fois, j’ai empoché l’argent d’un acteur politique dans le but d’attaquer ses adversaires. Dans mes émissions et mes différentes publications, je ne donne que des faits suivant les règles de l’art d’informer. Il n’est pas aussi interdit à un journaliste de faire des analyses objectives. J’ai l’impression que les gens veulent instaurer un système de pensée unique dans le pays. Ce n’est pas aux responsables des partis politiques ou des militants de me dire ce que je dois publier ou diffuser », a déclaré un de ces journalistes incriminés.

« Journaliste en danger (JED) condamne avec la plus grande fermeté les attaques dont sont victimes ces journalistes qui doivent pouvoir exercer leur profession en toute liberté sans aucune pression politique », peut-on lire dans le communiqué.

Pour JED, il est inacceptable que des journalistes soient la cible d’intimidations de la part d’un membre du cabinet du Président de la République, et appelle à la cessation immédiate de ces menaces.

Olivier Kamo

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito